mardi 28 juin 2016

Psammophytes


Psammophyte: plante adaptée aux milieux sableux



Aucune de ces plantes n'est véritablement psammophyte, elles sont plus simplement des plantes très adaptables profitant de toute perturbation pour s'établir un temps.

Des rudérales, quoi!

Saurez-vous les identifier? Au moins au niveau du genre? 















Je suis venu mettre à jour les informations de mon chapitre sur la haie McTavish que l'on voit au sommet de la paroi rocheuse. La surface de sable recouvre la dalle de béton qui couvre le réservoir McTavish. Le lieu constitue le parc Rutherford. On re-recouvrira le tout d'un surface en faux-gazon fait de vrai plasti.

On installera aussi des estrades et des mats géants avec des spots pouvant éclairer jusqu'au parc La Fontaine. Comme dans le bon vieux temps de Robillard, le progressiste/moderniste/sportif/sanitariste qui a massacré la moitié du parc! Il ne manquera que des food-trucks je crois bien! Pour faire 21e...

Parce qu'on est après tout dans l'arrondissement historique et naturel du Mont- Royal!!! Lisez ici.



La haie dans le bocage urbain: ça s'en vient! Apparemment ça presse!






samedi 25 juin 2016

Virée à Laval




Ernst et Charles devant un jeune catalpa, naturalisé.



Charles nous amenait voir le tulipier de Virginie (Liriodendron tulipifera), probablement le plus grand spécimen au Québec, malheureusement décédé depuis qu'il l'avait relevé l'an dernier. Pas de chance! 



Une autre raison pour l'excursion: la recherche de l'orme-liège (Ulmus thomasii). Des informations sur sa présence avaient filtré. Nous n'avons pas eu le temps de faire une tournée plus complète et n'avons vu aucune trace de l'espèce. Ces arbres étaient en marge d'une friche. Ci-haut à gauche un jeune orme d'Amérique (Ulmus americana) et à droite, malgré une silhouette peu typique, un feuillage foncé et lustré un autre orme d'Amérique.



Deux autres ormes d'Amérique avec encore une silhouette atypique et un feuillage dense. Même l'écorce n'est pas celle de l'orme d'Amérique et les branches ont même un peu de liège... Tout cela peut tromper l'observateur. Il faudra visiter d'autres sites sur l'île de Laval.



Une mer de molènes. Une molènaie? 



C'est le temps des marguerites.



Le rivage singulier de la rivière des Prairies, du côté de Laval. Le dallage joint le pied d'un escarpement peu connu. La pierre semble identique à celle du mont Royal. Il faut bien connaître le coin pour y avoir accès. Ernst, un très compétant naturaliste, a déjà habité par ici et a bien exploré la forêt de l'escarpement qui compte de nombreux individus de micocouliers (Celtis occidentalis), son arbre-fétiche.



Merci les amis! Une belle sortie, chargé de découvertes et un bienvenu changement de ma routine, attaché que je suis à l'ordi pour finir mon essai... qui a tout l'air de vouloir être terminé.

Je suis le premier étonné...


Bon samedi, qui s'annonce superbe!





mercredi 22 juin 2016

Les canards branchus du parc La Fontaine





C'est le troisième été que le Théâtre de Verdure du parc La Fontaine est fermé. "Le plancher risque de s'effondrer." "Les poutres qui le soutiennent sont pourries." C'est ce qu'on m'a dit. 

"Du travail pour un été?", j'ai demandé. "Oui" qu'on m'a répondu. 

Alors? Ça fait maintenant trois ans... Qu'est-ce qui bloque?

Puis: "Il faut mettre à niveau". Ah voilà...

La ville-centre a de gros projets. J'ai pas vu. Vous avez vu? L'arrondissement répond avec un projet mieux adapté et tout de même assez intéressant: l'arrière-scène disparaît et on peut voir depuis les gradins du théâtre ou de ce côté-ci de l'étang. Fallait y penser.

Mais qu'arrivera-t-il de cette zone naturalisée, maintenant devenue habitat et site de nidification? J'ai rencontré des naturalistes qui suivaient la nidification du canard branchu (Aix sponsa), ici et avec un deuxième couple sur le bassin sud. Ce ne sont pas les seuls oiseaux qui y nichent! Ce ne sont que les plus récents à trouver l'endroit idéal...

Je propose la naturalisation (par sections, ne partez pas effrayés!) depuis quelques années et, de toutes façons, c'est ce qui arrive au parc. Des allumés y voient. Je suis étonné et ravi quand je constate l'intérêt général pour cette approche. Pas mal de gens partagent cette volonté d'un peu plus de nature. 

Mais les vrais gens, vous savez ceux qui veulent et qui peuvent, ont d'autres idées et veulent faire propre...

Alors d'un projet (la ville) ou l'autre (l'arrondissement) lequel assurera les sites de nidification?


Montréal, ville de design, ou Montréal, ville verte?