samedi 30 août 2014

Autour de l'île Bonfoin



Vue de l'île Bonfoin depuis l'île Haynes

Cette photo a été prise sur le versant Nord de l'extrémité Est de l'île de Montréal. Tout au bout du boulevard Gouin. 



Vue  (en 1949) de la petite île Haynes et de la coulée Grou qui se jette tout juste au-dessus du petit pont y menant. Cet endroit fait partie du parc régional de la Pointe-aux-Prairies.



Site touristico-historique vraiment discret! Avec un bien curieux Érable argenté (Silver maple, Acer saccharinum). On ne voit pas souvent cette forme avec des branches étalées si basses.


Tous les détails de cette bataille dont je n'avais jamais entendu parler. Colombet a peut-être voulu intercepter les Iroquois qui auraient pu remonter la coulée Grou. Cela aurait été possible et permettait aux Indiens de surprendre les gens de la Pointe-aux-Trembles en n'arrivant pas par le fleuve?


Grenouille léopard, Northern leopard frog, Lithobates pipiens.


Voyez ces photos de l'endroit datant des années '70 dans cet autre billet.



Bon weekend, étendu par la Fête du travail, n'est-ce pas?




vendredi 29 août 2014

Apios americana



Apios americana

Je crois bien que c’est la première fois que je vois cette plante: Apios americana ou patate en chapelet. En France on la nomme glycine tubéreuse. Il y en a toute une colonie ici. La dernière fois (il y a trente ans, faut dire…) que je suis passé par cette île (pointe Est de l'île de Montréal) je n’avais pas vu la plante volubile pourtant si remarquable. Je la connaissais pourtant par la Flore Laurentienne de Marie-Victorin. 
Comment est-elle arrivée? Un semeur discret l’a introduit? 

Apios poussant sur Sumac vinaigrier (Rhus typhina)

Ou alors elle est arrivée toute seule par le mode de propagation que suggère Marie-Victorin: « Les graines de l'apios sont plus légères que l'eau, et cette légèreté, qui aide sans doute à la distribution le long des rivages, est due aux lacunes des tissus de l’embryon ».

À gauche l'Apis et à droite Herbe à la puce, Toxicodendron radicans. Ne pas confondre...
Si c’est le cas on doit trouver le Pénac (autre nom commun) en amont sur la rivière des Prairies ou des Milles-Îles. Marie-Victorin parle d’une « odeur particulière et peu agréable » mais je trouve son parfum si singulier qu’il me plaît.



jeudi 28 août 2014

Le Chrysomèle de l'asclépiade, Labidomera clivicollis




Labidomera clivicollis, le Chrysomèle de l'asclépiade

Je vous ai déjà montré des photos de ces insectes qui dépendent presqu'exclusivement de la plante l'Asclépiade commune (Asclepias syriaca): la chenille du papillon Monarque (Danaus plexippus), le Puceron du laurier rose (Aphis nerii) et la Petite punaise de l'asclépiade (Lygaeus kalmii). 

Il ne manquait que la photo de ce coléoptère: Labidomera clivicollis, le Chrysomèle de l'asclépiade. Voilà c'est fait!






Pour plus de photos et un peu d'information, voyez ces autres billets sur le sujet:

Asclépiade commune 1

Asclépiade commune 2







lundi 25 août 2014

Tinkerbella nana



À gauche: photo John T. Huber. À droite: photo de mydisneyadventures.


Tinkerbella nana, femelle, la barre d’échelle est de 100 microns, un dixième de millimètre. Cette espèce mesure 250 micrometres (0.0098 pouces). Récemment découverte au Costa Rica, cette guêpe est le plus petit insecte connu. Il est de la famille Mymaridae, des parasitoïdes qui se nourrissent des oeufs d’une autre espèce sur lesquels la femelle pond ses propres oeufs.
Le nom est inspiré du personnange Tinker Bell dans Peter Pan, la Fée Clochette en français. L’épithère spècifique « nana » vient du latin nanus et du grec nanos: « petit ». Je ne sais pas s’il faut y voir un rapport avec la Nana d’Émile Zola ou d’Édouard Manet. Je connais le tableau mais je n’ai pas lu le roman.
Il faut savoir qu’en anglais on appelle ces insectes « fairy wasps », ceci expliquant presque cela. Lost in translation on dirait.



samedi 23 août 2014

Bioblitz Champ des Possibles


Je dois me préparer et me rendre à cet événement qui avait été reporté la semaine dernière: BIOBLITZ 2014 au Champ des Possibles



Ci-haut c'est la couverture du livret présentant la connaissance actuelle des espèces au Champ des Possibles. Je crois bien qu'il s'agit d'une première, du moins à Montréal: depuis 2009 nous tenons à jour une liste des observations faites au champ: 301 espèces! Et nous la publions...






Je vous mets cette affichette servant à distinguer les groupes de plantes que nous allons spécialement étudier aujourd'hui. L'inventaire se poursuit avec l'aide de participants volontaires... La biodiversité urbaine gagne à être connue et des espaces comme le Champ des Possibles doivent se multiplier!


Vous êtes donc invités...