mardi 16 juillet 2019

Rencontre avec les carolins et... vous?





En complément de l’exposition de Pierre Brisson et moi sur les peupliers carolins du parc La Fontaine je vous propose une visite commentée sur les plus grands arbres du parc.

Rien ne vaut la rencontre sur place avec ces géants verts. Je vous parlerai de l’essentiel de mes recherches et de mes questionnements à leur sujet: leur histoire, des questions botaniques et sur l’importance culturelle et paysagère de ces mastodontes. 

On parle beaucoup de l’importance des arbres en milieu urbain: voici l’occasion rêvée d’enrichir la réflexion et les attitudes à leur égard!

J’ai d’abord mentionné à quelques-uns d’entre vous que ce serait jeudi mais la météo favorise vendredi! Désolé de ce changement. S’il pleuvait vendredi ce sera samedi, même heure.

Au plaisir de vous y rencontrer et d'échanger!





mercredi 26 juin 2019

Peuple de Carolins





Je participe à l'exposition de photographie de Pierre Brisson à l'Espace La Fontaine. Pierre s'intéresse aux fameux peupliers de Caroline du parc depuis quelques années, rejoignant ainsi mon intérêt pour ces mastodontes dont je vous ai amplement parlé ici.

J'ai préparé une planche botanique comparant les deux parents et cet hybride (en petit ci-haut, allez voir l'expo pour mieux constater!)

Et j'ai aussi fait un plan qui se veut une reconstitution de l'aménagement d'origine qui comptait de nombreux arbres (plus d'une centaine!). Il n'en reste qu'une vingtaine... C'est un rendez-vous manqué, cruellement manqué, avec les générations futures: on n'a jamais songé à planter une relève!





L'ensemble majestueux et unique de ces géants est le bijou du parc! Qu'attend-on pour replanter ces arbres, si facile à bouturer?

Bah! On a des projets grandioses et immédiats. Que les générations futures crèvent!!!

Venez nous rencontrer au vernissage. On parlera de monuments vivants et de patrimoine arboricole!


Mes travaux et recherches sont toujours en cours et peut-être aurez-vous droit à un livre sur les peupliers cet automne?







samedi 6 avril 2019

Walker: Espaces verts et bleus de Montréal





Voilà! Tel qu'annoncé et à temps! Mon deuxième livre de la série Walker est paru et disponible sur iTunes/iBooks. Cliquez sur ce lien:




Il me reste à publier la version anglais mais c'est une affaire d'une journée ou deux. 




Par ailleurs comme je l'indiquais il y a quelques jours je mets en pause péri-permanente ce blog. Une archive sera maintenue ici. Je ne le ferme pas définitivement, du moins jusqu'à ce que je trouve le moyen d'avoir une site transactionnel, dans le genre Squarespace ($$$). Ce site me permettra de publier quelques nouvelles sur mes projets d'éditions (un mimi-blog), d'annoncer les parutions de nouveaux livres et de les vendre.




Pourquoi est-il nécessaire d'avoir mon propre site pour diffuser mes livres numériques (et autres)? 

Comme vous le savez, je n'ai publié que sous le format "fermé" iBooks. Ces livres numériques sont magnifiques mais ne sont lisibles que sur des appareils Apple (ordis, tablettes et téléphones). Seulement environ 15-20% de mes lecteurs sont sur cette plateforme. Disons que ça limite sérieusement la diffusion!

Surtout que les gens insistent pour du papier! (j'ai répondu à la blague que je pouvais envoyer par la poste quelques feuilles de bon papier à caresser tandis que l'on lit mon livre sur une tablette...).

La solution c'est de le faire dans le format "universel" EPUB3. Ce que je sais faire (à 90%) maintenant. Ce format de livre numérique peut être lu sur tous les appareils, sur tous les systèmes (Windows, Android et... Apple). Mais où les vendre? Apple est mon distributeur et détaillant (il perçoit même la TPS...). Apple héberge mes livres. Pour une méchante méga-corporation, c'est du service!

Je cherche donc un hébergeur/distributeur/détaillant pour mes livres en format EPUB. Vous pensez peut-être "Tu n'as qu'à aller chez Amazon!"

Eh ben non! Puisque je fais des livres enrichis (vous savez, avec de petits vidéos, de petites animations, etc.), ces derniers ne fonctionnent pas (ou très, très mal) sur le format AZW (lui aussi fermé en passant...) de Amazon...





À part chez Apple, toute l'édition numérique est basée sur des livres ne contenant essentiellement que du texte. Ce qui est extraordinairement bête et primitif! Vous imaginez les librairies et bibliothèques sans livres illustrés?

Comme je le disais la solution est de payer l'hébergement (Squarespace ou similaire) et de faire des livres techniquement pas trop enrichis (par prudence...). J'ai essayé depuis deux ans d'avoir une plateforme Wordpress mais j'ai du abandonner n'ayant pas vraiment le temps de me casser la tête sur la conception et gestion d'une autre machine électronique. 

C'est que l'auto-publication tient son homme bien occupé, avec de nombreux chapeaux à porter...





Et voilà! C'est le dernier samedi matin où je sens une responsabilité envers des lecteurs. Plus d'heure de tombée! Informer, divertir, promouvoir un autre regard sur la nature en ville, faire des découvertes et les partager, etc. Je suis convaincu d'avoir fait ma part.


Et j'ai eu du plaisir! Et je me suis fait quelques amis, en plus!


Merci à tous les lecteurs fidèles du blog Flora Urbana. 


Suivez-moi sur Twitter! Cliquez Ici






mercredi 3 avril 2019

Flora Urbana: une Décennie!


J'avais le 4 avril en mémoire, je sais pas pourquoi... non c'est bien le 3 avril 2009 que j'ai ouvert ce blog, ce journal de mes pérégrinations. 

Le 4 avril est la date (supposée) de parution de mon nouveau livre Walker: espaces verts et bleus de Montréal. C'est encore possible mais disons que ce sera samedi... pour ne pas faire courir personne...





Ci-haut un aperçu des statistiques de fréquentation selon Blogger. Et ci-bas deux tableaux statistiques un peu différents fournis par Google Analytics. 



On voit bien les hauts et les bas de mes activités de blogueur. Vers 2015 j'ai décidé d'être un peu plus sérieux avec mes projets d'édition numérique et de moins me consacrer au blog... La fréquentation a alors évidemment chutée...



Il vient toujours une centaine de personnes par jour, surtout des résultats de recherche sur Google. Les lecteurs réguliers sont en effet presque tous disparus. Étant donné mon peu de travail ici c'est normal. Il faut dire que les blogs ne sont plus tout à fait le meilleur moyen d'intéresser les gens. Je note qu'il y a toutefois de nouveaux membres! 

Blogger (la plateforme de ce blog fournie par Google) ne permet pas de rejoindre directement les "membres". Ce qui est un peu embêtant pour me permettre de leur relayer d'éventuels nouveaux projets.

Je ne suis plus sur Facebook depuis une bonne année maintenant. J'y avais un compte perso et un compte pro, à titre d'auteur. Que de travail pour à peu près rien ce Facebook! Si vous ne payiez pas ces coquins vous ne rejoigniez plus personnes... Réseau social, qu'ils disaient!



Un auteur travaillant à sa promotion et visant l'auto-publication a bossé ici pendant une décennie. Et il n'a pas obtenu grand chose pour ce labeur! Quelques bons coups tout de même... mais pour combien de coups d'épée dans l'eau? 

Pour m'aider à la promotion de mes projets d'édition, il ne me reste donc que mon compte Twitter (ici) et si vous voulez être tenus au courant de mes projets je vous invite à m'y suivre.




Parce que c'est la fin de ce blog. Tadam! Bam! Plouf...

J'aurais bien un dernier billet samedi, question de fermer avec une note positive et de confirmer la parution de mon nouveau livre. 

Mes samedis matins seront définitivement moins stressants... J'irai par les champs, faire de la photo!

Et qui sait? Peut-être allons-nous s'y croiser?

Si vous ne la connaissez pas, voici mon adresse courriel: 

latour[arobas]cooptel[point]qc[point]ca


Ciao!








mardi 26 mars 2019

Question de couverture




Question de couverture. Laquelle? 


Mon deuxième livre de la série Walker est terminé (du moins tant qu'au choix des photos et des courts clips vidéo du moins: le contenu). Il me reste maintenant à assembler le tout dans le logiciel de mise en page... et de faire la couverture. 

La couverture... c'est toujours le plus difficile... Sans compter que je n'ai toujours pas de titre définitif:  j'ai toujours des doutes.


     1- "Espaces verts et bleus de Montréal" ?

     2- "Vert et bleu Montréal"? (je penche de ce côté...)

     3- "Montréal vert et bleu"?

     4- "Green and blue Montreal"?

     5- "Green and blue spaces of Montreal"?


Mais pour cette couverture? 1,2,3,4,5,6,7,8,9,10???



11, 12???

Je vais en faire encore une douzaine et voir ce qui flotte à la fin du brassage...

Il faut ensuite emballer le tout et d'expédier chez Apple. Étape toujours tatillonne...


Walker 2: publication imminente! En Français et en English, of course!

(Sera dispo le 4 avril, voilà c'est dit, je suis cuit!)







samedi 23 mars 2019

Grands travaux au Parc La Fontaine



Une petite partie des coupes dans cette section du parc La Fontaine. 20 mars 2019.


Les grands travaux demandent de grands travaux. C'est comme ça. L'abattage des arbres est une activité permanente dans ce grand parc bien peuplé de grands arbres... vieillissants.


Il y a longtemps qu'au parc La Fontaine on est constamment occupé à installer des patentes et des clôtures en oubliant les tâches vulgaires: les plantations intercalaires des arbres à la durée de vie connue... si vous lisez ce blog vous savez ce que j'en pense.

Faut-il faire totale confiance aux études préparatoires de ce discret massacre arboricole? Pas tout à fait... j'ai déjà vu des arbres sains marqués pour la coupe... le dessein était bien de mettre au goût du jour un secteur du parc...

C'est qu'on veut revoir (entre autre) l'intégration paysagère théâtre de Verdure « afin de former un écrin, et non un écran » et de favoriser des vues ouvertes sur le paysage. Vous comprenez? Devinez où les coupes les plus cruelles auront lieu... Le théâtre de Verdure est trop vert. Voilà qui est évident.




Mais alors, comment distinguer les considérations strictement arboricole (diversité, santé des arbres, sécurité des gens qui fréquentent le parc, histoire...) des occasions habillement saisies pour la ré-écriture paysagère de l'ensemble du parc?

Je ne sais pas. Je n'ai fait que passer mercredi... pour faire quelques photos. Who am I, hey?

On veut un Jardin du Luxembourg à Montréal. Original. On parle de fermer les rues qui traversent le parc (bonne idée...) et d'en faire deux promenades. C'est un cas patent d'Over-design... On prévoit sans doute la renaissance spontanée des déambulations élyséennes par une gente appréciant tant la beauté que l'aisance et le désoeuvrement... 

Concept Condo Confort... Quel Over-kill!





Et que dire d'un "projet visuel de mise en valeur"? Ça sent la batterie de lasers et la pluie de diodes... Et des projets olfactifs? Yen aura? Néglige-t-on l'importance de l'expérience tactile? Passéistes! Tous les sens doivent être comblés! Pour l'école on souhaite "un parcours de jeux participatifs". Afin de mettre au pas les amateurs de jeux rébarbatifs? 

L'injonction, si douce, mais pressante: Soyez ludiques!

Une montagne c'est pas la place pour un autoroute. Un parc c'est pas la place pour un, voire deux, boulevards Montmartre. Avec des terrasses et des cafés trop chers? Je préfère des projets neutres... simples ou fonctionnels si vous voulez. Des allées ombragées, des arbres sains, des aires ouvertes et ensoleillées, des allées sécuritaires, des abreuvoirs, etc. 

Pour le reste, on apportera nos sandwichs. Et notre jus de raisin.

Un projet socio-économiquement neutre, vous savez?

"La Ville de Montréal a reçu un Prix d'excellence pour le Plan directeur du parc La Fontaine, par l'Association des architectes paysagistes du Canada." Le prix "souligne l'excellence des professionnels de la métropole dans la planification et l'analyse de la conception d'un espace vert emblématique."

C'est pas mettre la charrette avant les boeufs un pareil prix? C'est un pré-prix! Comme une nouvelle avant un événement ou une médaille d'or pour les bonnes intentions. Dites-moi: a-t-on pensé au post-prix

Attendons pour les prix, vous voulez bien?  

On parle de quelque chose comme 30 millions pour l'ensemble des travaux au parc. Des pinottes! Mais faites un effort et imaginez combien de logements sociaux ou abordables on aurait avec ça? À vue de nez: 150,000 pieds carrés...

30 millions, c'est rien! Vous savez comment coûteront les travaux à l'Hôtel de Ville? Mais là c'est patrimonial, faut ce qui faut. Et le patrimoine arboricole au parc? C'est pas pareil? 

Je sais, je manque d'imagination et de grandeur, ces questions de logements ce n'est pas du tout le rôle d'une ville de voir à tout cela. Et on a pas de budget! On attend l'aide du provincial, on attend le fédéral...

Coupons des arbres en attendant.









mercredi 20 mars 2019

Bonjour Équinoxe!



Sounds of Spring. Franz Stuck, 1910.



Et un petit collage célébrant avec un peu de musique l'arrivée du printemps.






mardi 19 mars 2019

Sur la route au Japon



Route vers Nikko depuis Imaichi. Japon. Vers 1898.


Ces arbres sont des Cryptomeria japonica (Cryptoméria du Japon, Japanese cedar trees). Vous croyez que ça sent bon sur ce chemin?









samedi 16 mars 2019

Prions Saint-Joseph pour le printemps




L'oratoire Saint-Joseph en 1967 (trouvé sur Flickr, recradé, etc.).



L'oratoire Saint-Joseph en 2011 (trouvé sur mon disque dur).



Une peintre-paysagiste que je ne connaissais pas: Joséphine Bowes (1866).



Allée de peupliers, Joséphine Bowes.



Mon prochain livre Walker progresse, plus qu'il n'y paraît sur cette capture d'écran du dossier! Ne priez pas Saint-Joseph. J'ai ainsi monté deux courts clips et je travaille sur la sélection finale. Je suis pas encore branché sur le choix des parcs et espaces verts à représenter...

Comme toujours la couverture demande bien du travail. Toutefois, comme il s'agit d'une série, j'ai un modèle de mise en page et la fabrication du fichier final sera des plus aisées!

Donc ça avance! Le livre sera prêt à la fin du mois. (taux de fiabilité de l'affirmation: très élevé!).

Bonne fin de semaine!







samedi 9 mars 2019

L'arbre pour une forêt



Maxfield Parrish. Riverbank, Autumn. 1938


Samuel Palmer. The Weald of Kent. 1833–1834.


Eugène Stanislas Alexandre Bléry. The Branches of an Oak Tree. 1805–1887.


John Robert Cozens. Lake of Albano and Castle Gandolfo. 1779. 


L'arbre pour la forêt et l'arbre pour le parc. Et le paysage.


Je travaille sur mon prochain livre de la série Walker. Le titre n'est pas définitif. Quelque chose comme "Parcs et espaces verts". Évidemment le livre numérique sera aussi publié en anglais sous le titre (tout aussi temporaire) "Parks and Green Spaces". Les photos ci-haut sont une sélection avancée.

Il y a bien du vert. Et du bleu. Le ciel et l'eau... alors "Parcs et espaces verts et bleus" ???

Faut voir! Quelques autres réunions avec l'équipe de rédaction en perspective.

Publier en anglais m'a permis de rejoindre un autre public. Le fait de ne plus inclure de texte, ou de minimiser leur importance, permet des "traductions" plus aisées... C'est que mon travail d'auteur auto-publié est aussi un travail discret de recherche de bonnes formules. Combien de travail de photo, d'illustration, de rédaction et de mise en page, de traduction et de promotion, de mille autre petites et grandes tâches, etc. pour combien de livres vendus? À quel prix?

Beaucoup trouvent ces questions vulgaires ou déplacées. Je ne peux m'empêcher d'y voir alors une idéalisation du travail de l'artiste ou de l'auteur (dans mon cas auto-publié) couplée à l'attachement à l'idée qu'un livre c'est du papier. Du papier imprimé ayant reçu l'approbation de professionnels. Vendus par des professionnels. 

Il se publie néanmoins pas mal de niaiserie avec cette méthode qui ne garantie rien du tout... Mais tout le monde insiste!

Que faire alors des idées et des projets d'un libre-penseur (on m'a jugé ainsi négativement...), d'un artiste marginal?

Le fait est simple: la chaîne standard du livre ne m'a pas permis de continuer à y publier. C'est le cas de nombreux auteurs. Une autre chaîne existe et je suis dans cet espace!

Il est bien vert. Et bleu. Et l'arbre respire. 


Le printemps se pointe. Bonne fin de semaine!










samedi 2 mars 2019

De Madagascar, aux Indes, à la Belgique!




Charles T. Scowen Lily, 1880s. British Council Sri Lanka.


Nnoooon! Que non! "Lily"! Un lis? Vraiment, Mr. Scowan?

Il s'agit bien sûr d'une orchidée, Angraecum sesquipedale. Espèce fameuse et fabuleuse. Darwin avait prédit le papillon de nuit qui est le pollinisateur de sa fleur. Une longue histoire... (voyez ici)
 



Fraise, 1849. Annales de la Société royale d'agriculture et de botanique de Gand.


De Madagascar, aux Indes, à la Belgique! 

Heureux qui comme Ulysse a goûté à ce fruit.

Le temps des fraises, ça reviendra!


En attendant, bonne fin de semaine!






samedi 16 février 2019

Quelques orchidées de Février




Si j'avais manqué le moment de la pollinisation de ma Ludisia discolor, j'ai aussi manqué le moment où le fruit est arrivé à maturité, s'est ouvert (à droite) et a relâché les minuscules graines (de la poussière essentiellement).

J'ai été bien occupé!



Et sur cette photo ci-haut c'est l'inflorescence de mon Eulophia euglossa, spécimen que j'apprécie au plus haut point: il a été cueilli dans la nature en Côte d'Ivoire. J'ai donc un authentique morceau d'Afrique chez moi! En plus de 25 ans il refusé de fleurir qu'une seule fois. Et le record est une inflorescence de +120 cm! 



De l'Afrique à l'Australie...

Dendrobium et Nepenthes et quoi d'autre?


Bon weekend, que l'Australie soit avec vous!




vendredi 15 février 2019

Montréal au Jurassique





Montréal au Jurassique. Notez le trait pâle de l'Équateur. Le Jurassique est une période géologique qui s'étend de - 201,3 à - 145 millions d'années


Allez vous amuser à voir la position de votre ville à travers les Éons sur cette page:







mardi 12 février 2019

Darwin Day





"Ignorance more frequently begets confidence than does knowledge: it is those who know little, and not those who know much, who so positively assert that this or that problem will never be solved by science."



“The great variability of all the external differences between the races of man, likewise indicates that they cannot be of much importance; for if important, they would long ago have been either fixed and preserved, or eliminated.”







samedi 9 février 2019

Les fruits du printemps




Mon spécimen de Ludisia discolor est en fleur depuis environ le 20 décembre. Mais la floraison arrive à sa fin, les fleurs fanent, et, à mon habitude, je vais bientôt couper les inflorescences, suivi d'un court repos jusqu'à la reprise de la croissance (qui ne devrait pas tarder).

Je cultive cette plante depuis les années '80, le spécimen ci-haut depuis 1994. Les années antérieures j'ai toujours coupé les inflorescences dès les premiers signes de fanaison. Pas cette année!

Hier j'ai remarqué qu'un des ovaires était érigé et noirci... Cet ovaire est maintenant un fruit! Le contenu qui obscurcit l'ovaire ce sont les graines qui se développent... résultat d'une auto-pollinisation. 

Je ne savais pas que cette plante était auto-fertile (vous le saviez?), n'ayant antérieurement jamais laissé les choses suivre leurs cours naturel aussi longtemps... Je vais laisser se développer les semences... je ne sais pas si les graines seront fertiles toutefois. On fera l'essai!




Alors que nous étions à parler, au chaud, d'orchidées et de leur "fertilisation", la réalité nous rattrape avec ce tableau de Duncan. Oui c'est encore comme cela Montréal!



Mais Cornelius David Krieghoff nous rassure avec ce tableau: le printemps arrive bientôt. Avec le temps des sucres!




Une illustration tirée de The ecological relations of roots, par John Weaver (1884-1966). 

Sous la neige glacée, le sol. Et dans ce sol, caché profondément, le printemps!


Bon samedi!








samedi 2 février 2019

Fantin-Latour et Latour



Pivoines (Paeonia). Ignace Henri Jean Fantin-Latour et Joseph André Roger Latour. Même combat.

Tiens... j'ai tout à coup hâte au temps des pivoines.




Ses roses (Rosa), pivoines et capucines (Tropaeolum).




Encore ses roses (Rosa), pivoines et capucines (Tropaeolum).




Mes capucines (Tropaeolum).


Le temps est plus doux aujourd'hui. C'est pas mauvais. Bonne fin de semaine!





samedi 26 janvier 2019

Les fruits du Prof. Rox








Je vous ai déjà parlé du Prof. Henri Rox (ici). J'ai croisé ces autres images où l'on voit le cas légèrement intéressant d'une pomme (Roddy Apple) voulant épouser une poire (Emily Pear). Elle a de si beaux lobes!!!

L'opposition du Père Poire au mariage est ce qui le rendra possible... la leçon morale est assez opaque!



Une autre de ces histoires petitement absurdes. Pasquale Peanut (une vraie marque d'arachide en boîte...), habillé d'une pelure de pamplemousse, veut aller se baigner. Un lion de mer lui interdit l'accès à l'eau. Pasquale se baignera dans son costume agrume qui fera office de baignoire. Fallait y penser.



Qu'est-ce que ça peut bien signifier??? Les divertissements légers sont peut-être à souhaiter dans les magazines populaires? 

Peut-être (?) à noter: Winston Churchill fumait le cigare. La guerre fait rage un peu partout en Europe et en Afrique du Nord. Sans parler de l'Asie... Les USA sont entrés en guerre quelques mois plus tôt (décembre 1941, Pearl Harbor vous savez...). 






Non, désolé, je n'ai pas pris la peine de Kolorifier ces photos tirées du magazine Life, 9 juin 1941. Et je n'ai pas d'interprétation assurée de cette dernière bande photographiée.

Mais je note qu'il faut peut-être penser que Henry Rox, Professor après tout,  aimait passer des messages subliminaux. Et obscures!!!

C'était après tout à l'époque des machines Enigma.