lundi 10 octobre 2011

Hamamelis virginiana



Hamamelis virginiana, hamamélis de virginie, café du diable, Witch-hazel


N'en déplaise aux météorologues avec leurs définitions absurdes de l'Été des Indiens, nous y sommes!

C'est tout simple : les météorologues ne sortent pas assez. C'est déplorable. Mais pour le temps doux, on s'en plaint pas! Encore aujourd'hui le temps sera amical...

D'après cette page par Ève Christian : Été des Indiens... douce fantaisie aux couleurs automnales...

"Environ 40% des années, à Montréal, ont droit à un été des Indiens. (Pour Québec, c'est 50%)."

et

"On parle de gel essentiel avant la période de temps doux, pour pouvoir discerner l'été des Indiens du véritable été qui vient de se terminer."

Une bien facile et mesquine façon de nous priver dans 60% des cas de notre douce extension, annexe ou mini-réitération de l'été! Moi, je suis sorti hier. Nous sommes en Octobre, il fait un temps magnifique et, surtout, l'hamamélis de virginie est en fleur!
Ta-Dam!
Voici donc ma proposition officielle à Environnement-Canada et l'Organisation météorologique mondiale :

Quand il fait beau en Octobre et que l'hamamélis de virginie est en fleur, c'est l'Été des Indiens!

C'est assez simple. À Montréal on passera à 75 ou 80%. Et ça donnera à tous les météorologues une raison de sortir un peu...



3 commentaires:

  1. L'été des indiens est une autre victime de l'esprit rationnel et simplificateur de l'homme blanc.
    Il nous faut des échelles, des barèmes, des scores, une hiérarchie, un plus fort pour taper sur les plus petits
    En dehors des classes, point de salut ! Alors que toute la nature nous démontre le contraire, il n'y a qu'à voir l'exemple parmi tant d'autres de de ces champignons qui n'en sont pas tout à fait.
    Vive l'été des indiens, peu importe sa durée et son gel annonciateur !

    RépondreSupprimer
  2. ta-dam! ta-dam! ta-dam!
    encore une belle journée qui s'annonce!

    RépondreSupprimer
  3. Année après année, on nous propose quatre saisons comme si on ne savait pas ce qu'on voulait. Ce qu'on veux pourtant, on le sait très bien : du temps comme celui qu'on a eu durant la fin de semaine de l'Action de grâce et cela chaque jour, toute l'année. Cet appel sera-t-il entendu ?

    RépondreSupprimer