jeudi 11 décembre 2014

Refonte



Image tirée de Spatialities 


Le billet sur le blogue Géo-Outaouais Montréal sous les eaux (ici) attire mon attention sur cette carte publiée sur le site Spatialities. La carte nous montre une hausse du niveau de la mer de 40 mètres, l'effet de la fonte de la moitié des glaces sur la planète. Le point rouge indique mon domicile. Pour un temps du moins nous sommes en sécurité sur le Plateau Mont-Royal...




Ce GIF animé, dont l'origine échappe à ma mémoire, nous donne une idée de la mer à une altitude de 200 mètres. Cette eau se retire ici alors que l'image précédente nous montre l'eau qui arrive. Le poids des glaciers qui s'estompe fait rebondir le continent. J'ai l'image depuis 2004, c'est-à-dire que c'est pré-historique sur l'échelle web...





4 commentaires:

  1. Pour habiter au bord de la mer, suffit d'être patient et optimiste (ou pessimiste, c'est selon) sur l'évolution du climat...
    Heureux quand même de savoir que la carte des Spatialites vous place au sec. Selon la carte topographique, la mer peut monter jusqu'à 43 m avant que vos herbiers ne courent le risque de tremper dans l'eau de mer.
    Le gif animé : je l'ai déjà aussi, mais où ? Il montre la situation après la dernière glaciation quand la mer de Champlain s'est installée puis retirée.
    Distinction importante à noter, la mer de Champlain s'est installée sur un continent affaissé sous le poids des glaces et s'est son rebond isostatique qui a chassé la mer. Quand on retrouve les vestiges d'une plage de la mer de Champlain à telle altitude, il faut garder en esprit qu'elle s'est formée à une altitude moindre et qu'elle a ensuite remontée à son niveau actuel (et pas définitif). La carte des Spatialities, elle, montre la mer qui envahit un continent qui ne peut pas compter sur un second rebond pour se garder au sec.
    Autre chose : la carte des Spatialities est une fiction dans la mesure où, si la mer monte de 40 m, il y aura forcément un léger enfoncement du continent sous le poids de l'eau, peut-être une remontée des Laurentides en réaction, de l'érosion ici, des dépôts de sédiments là, des côtes qui reculeront, des plages qui se développeront, des deltas aussi... Bref, les éventuels rivages ne ressembleront qu'en loin à ce que montre la carte.

    RépondreSupprimer
  2. "peut-être une remontée des Laurentides en réaction" c'est une belle et sensible observation ça! Par ailleurs sur la carte de Spatialities, la petite coche (une dépression) dans le contour du rivage près de chez moi est au parc La Fontaine. Topographie oblige, cet endroit est encore de nos jours toujours (ou presque) inondé... un bien curieux fantôme de la mer de Champlain...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La coche du parc La Fontaine est parfaitement visible sur la carte topographique de Montréal : la future baie La Fontaine ?

      Au terme de calculs que l'honnêteté m'interdit de qualifier de savants parce que valeurs arrondies et négation de la complexité du réel ont eut trop beau rôle, j'en arrive à la conclusion que l'enfoncement de la croûte terrestre sous le poids d'une couche d'eau de 40 m serait de 3 m.

      Ce qui signifie que la mer, sur la carte des Spatialities, au lieu de s'arrêter à la ligne des 40 m, grignoterait le continent jusqu'à celle des 43 m, au nord de votre domicile. Autrement dit, vous seriez inondé. (Et la baie/parc La Fontaine aussi.)

      Le rehaussement du bord des Laurentides ne devrait pas dépasser l'ampleur de l'enfoncement.

      Soyons clair : mes calculs ne prétendent pas à la rigueur (je les détaillerai plus tard dans mon blogue) et j'espère simplement être arrivé à donner un ordre de grandeur crédible.

      Supprimer
  3. Merci cela me rassure. J'habite au troisième, mes pieds seront au sec. Pour un temps en tout cas!

    RépondreSupprimer