mercredi 27 octobre 2010

Cric-Crack garden

Des craques fleuries en rang. Photo CGM

Les plantes surgissant de la moindre fente, dans le béton ou l’asphalte, font l’horreur de bien des gens qui n’admettent pas pareille irruption du végétal dans le minéral. Le seul cas autorisé est celui d’une plante dans un pot d’argile. Le reste est effrayant et contre-nature. Ce sont des monstres de la craque, des Krakens!

 En ligne, mes petits oignons! Photo CGM

La firme d’architectes du paysage Conger Moss Guillard (CGM) à San Francisco propose des diaboliques jardins de craques. Et s’il n’y a pas de craques ils nous proposent d’en faire. Jardiner au marteau-pilon, je n’y avais pas pensé!

Le béton en prend plein la gueule. Photo CGM.

Je pense que ce genre d’environnement serait parfait pour la culture de melons (et autres cucurbitacées). Sec et chaud comme le milieu d’origine de beaucoup de ces plantes. Et pourquoi pas: notre melon de Montréal pourrait enfin trouver une place de choix dans nos océans de bitume abandonnés!

Un article complet de Rock Giguère (en PDF) sur ce melon brodé ici.

SEMENCES SOLANA a des graines de cette variété. Ils sont à Repentigny où je suis né ils sont sûrement champions!


Mais c’est quand même pas mal de travail cette jardinistique pneumatique (ou électrique)! Pourquoi ne pas tout simplement apprécier, en bons jardiniers sans jardins, le travail qui se fait tout seul comme ici sous le viaduc Rosemont?

Et pour les craques, regardez autour en faisant attention: la saison des nids de poules arrive bientôt!


2 commentaires:

  1. c'est très joli en fait, ça ouvre des horizons... insoupçonnés... pour verdir des ruelles...

    RépondreSupprimer
  2. c'Est très joli en fait, très inspirant... ça ouvre des horizons... insoupçonnés... pour le verdissement "sauvage" des ruelles...

    RépondreSupprimer