vendredi 12 juillet 2013

La Pélopée courbée (Sceliphron curvatum) est arrivée!




La nouveauté à Montréal: Sceliphron curvatum. Photo: Wikipedia


L'été chez moi toutes les portes sont grandes ouvertes. Et à tous les étés sur mon balcon arrière, autour de mon attrape-plante surtout, je reçois la visite de nombreux hyménoptères dont certaines remarquables grandes guêpes. Elles peuvent sembler menaçantes mais elles sont totalement inoffensives. Il s'agit de Sceliphron caementarium (Pélopée maçonne, Black and Yellow Mud Dauber) et de Chalybion californicum (Potière bleue, Blue Mud Wasp). Toutes deux sont de la famille des Sphecidae,  des guêpes maçonnes solitaires. Toutes deux font la chasse aux insectes afin d'approvisionner des nids de boue séchée où elles pondront leurs oeufs. La larve de la guêpe se nourrira ensuite de ces insectes paralysés mais encore vivants! De bien charmantes pouponnières! 


Sceliphron caementarium et Chalybion californicum. Photos: Roger Latour


La semaine dernière plusieurs grandes guêpes semblaient intéressées par un trou au plafond de mon balcon. De plus, quelques-unes entraient et sortaient de ma cuisine à répétition… Ce n'est pas nouveau mais les années précédentes elles étaient bien moins aventureuses. "Bon", les voyant du coin de l'oeil, je me disais que c'étaient "la bleue" ou la "noire et jaune", elles me sont familières et ne m'inquiètent pas du tout. Mais plus tard alors que je cuisinais je me suis rendu compte qu'elles se dirigeaient toujours au même endroit sous l'armoire au dessus de mon fourneau. Je m'approche pour voir un peu et j'entends un drôle de bruit qu'il est difficile de rendre: zaingne-zin-zinzin-zin-zin-zin, et encore zaingne-zin-zinzin-zin-zin-zin ou quelque chose comme ça*...



Les deux visiteuses inoffensives habituelles. Photo: Roger Latour


Les guêpes venaient dans la cuisine et repartaient dehors vers le balcon… Je sors voir un peu et au plafond du balcon j'entendais le même zaingne-zin-zinzin… Je ne savais pas que ces guêpes, pourtant familières, faisaient du bruit? Faut faire enquête! Je me rends alors compte qu'une des guêpes s'insinuait dans le haut du seuil de la porte et descendait plus bas derrière le coupe-froid. Je m'approche mais comme c'était dans l'ombre et à contre-jour je ne voyais pas très bien. Mais j'entends encore: zaingne-zin-zinzin, elle y construisait un nid de boue! J'ai eu un moment de doute: l'insecte avait bien la taille et l'allure des guêpes maçonnes mais, ayant pris quelques photos au flash, je constate qu'elle avait la coloration jaune et noire familière d'une guêpe allemande (Vespula germanica, German wasp) ou de ses cousines que l'on ne souhaite pas près ou dans la maison!



Avec le flash: la Pélopée courbée sortant du chantier. Photo: Roger Latour


Ces guêpes sociales font toujours des nids de papier… je ne comprenais pas. Ici j'avais affaire à une grande guêpe et une construction de boue grise et humide, faite de sable et autre matériaux minéraux… du ciment? Il y a des rénovations chez le voisin de l'autre côté de la ruelle. Je me rends à l'évidence, je ne connais pas cette guêpe. Jamais vu! Elle est assez grande pour être remarquée pourtant! Et elle fait ses nids dans ma maison à deux endroits!

Quelle est donc cette grande guêpe?



Entre le thorax et l'abdomen: le pétiole. Photo: Roger Latour


Identifier une guêpe? Je suis vrrrraiment pas connaisseur en la matière. Surtout que je n'ai pas de spécimen d'une guêpe adulte auquel me référer. Avec ces quelques mauvaises photos de l'insecte je dispose néanmoins d'indices me permettant espérer identifier cette guêpe sans-gêne, littéralement domestique. J'ai surtout les constructions singulières que sont les nids ou "urnes" et quelques observations sur le comportement. Mes indices: c'est une guêpe maçonne d'environ 20 mm, abdomen jaune et noir relié au thorax par un long pétiole noir poilu. Par la taille et le comportement elle me rappelle mes visiteuses habituelles. Elle est peut-être de la même famille (Sphecidae)? 

Je vous épargne la suite de mes recherches qui est vrrrraiment assez longue. Ce sont ses nids d'abord puis ses comportements qui m'ont permis de l'identifier. Il s'agit de Sceliphron curvatum**, décrite à l'origine sous le nom de Pelopaeus curvatum, F. Smith, 1870. Ce qui explique le nom français de Pélopée...

Notre Pélopée courbée provient de l'Inde, Pakistan, Afghanistan et de toute cette région. En dehors de son aire naturelle on la trouve en 1979 en Autriche, puis en Slovénie en 1991, en Italie en 1995, Suisse en 1998, Allemagne en 2002, France 2005… L'espèce est bien installée en Europe! Et elle continue l'aventure: en 2008 on la trouve en Argentine. Ça c'est un saut assez considérable! Il n'est peut-être pas très étonnant qu'on la trouve maintenant en Amérique du Nord.
 

Cette guêpe est connue pour son extraordinaire indifférence et son total manque de respect pour l'intimité des humains. Elle installe ses nids dans la bibliothèque, derrière les tableaux, dans une collection de minéraux, dans l'automobile, où ça lui chante! Zaingne-zin-zinzin-zin-zin-zin… Une autre façon de dire cela c'est qu'elle est parfaitement adaptée à l'environnement humain… Encore plus que nos espèces urbaines indigènes... 

Cette guêpe n'aura pas de difficulté à se maintenir par ici. Elle est adaptable et déjà cosmopolite. Ses proies sont des espèces communes et elles-mêmes cosmopolites comme Salticus scenicus et Sitticus fasciger. De plus elle semble avoir un régime alimentaire adaptable: on l'a vu chasser des criquets en France. Pour l'instant, d'après les deux urnes que j'ai examiné, ce sont des araignées.

Puisque ce sont les urnes qui ont permis d'identifier la guêpe, parlons-en un peu!


Une des urnes est tombée. Photo: Roger Latour

Chez moi la guêpe a fait ses nids dans un endroit un peu malcommode et risqué: si je ferme la porte je risque d'écraser ses nids de faux-béton. C'est ce qui est arrivé... Un nid est tombé et deux autres sont abîmés... C'est assez étonnant de constater sur le sol la quantité d'araignées contenues dans une seule urne! Une bonne chasseuse cette Pélopée, assurément, les proies sont presqu'exclusivement des araignées sauteuses qui ont, après tout huit yeux, tout le tour de la tête!
 
Les mêmes urnes que ci-haut. Photo: Roger Latour


Le volume entier de l'urne est occupé par toutes ces proies bien entassées! Quand la larve aura consommé toutes ces araignées (vivantes et paralysées faut-il rappeler...) la nymphe occupera à son tour tout le volume de l'urne! Quel terrible ajustement! Quelle diabolique équation:

Volume de l'urne = volume de proies paralysées = volume de la guêpe adulte! 

Rien ne se perd, rien ne se crée... Puis une autre Pélopée courbée volera dans ma cuisine. Ou dans votre salle de bain! C'est comme mettre un embryon de chat (disons...) dans un frigo plein de souris pour voir sortir un lion quelques semaines plus tard!

Le contenu de l'urne tombée. Photo: Roger Latour


Un nid est tombé je vous disais. Que contenait cette boîte à surprise? Voyez sur l'illustration ci-haut:

1- L'urne de 25 mm.

2- Quatorze Salticus scenicus (mâles et femelles)

3- Sur l'abdomen de ce Saltique on voit une larve de Sceliphron curvatum

4- Sept Sitticus fasciger (sauf erreur...), mâles et femelles, (sauf erreur...)

5- Une Neoscona arabesca (?) 



Le contenu de l'urne inachevée. Photo: Roger Latour


Cette deuxième urne ci-haut n'était pas complétée, n'ayant pas encore de bouchon pour la fermer, elle n'avait que ces cinq araignées. Mais la larve (signalée par *) est bien grasse déjà... Fixée sur ce biberon à huit yeux... Dans les deux urnes examinées certaines araignées bougent un peu, certaines semblent mortes...

Je me suis permis ce long billet parce qu'il semble bien que l'espèce n'a pas encore été trouvée en Amérique du Nord. Cette observation est peut-être la toute première! Le milieu urbain est toujours plein de surprises!

Je le répète: cette nouvelle venue est inoffensive (sauf si vous êtes une araignée sauteuse!)! Vous n'êtes pas pour autant obligé de la laisser nicher dans la cuisine...



Mise à jour 21 Juillet 2013: La Pélopée courbée a été trouvée une autre fois à Montréal, près du Stade Olympique. Voyez ce lien: 

Encore la Pélopée courbée!





*J'ai trouvé mieux: voyez et écoutez tout ça dans ce clip:


 


**Notez tout de suite qu'il pourrait peut-être s'agir de l'espèce Sceliphron deforme qui est toutefois considérée par la majorité des auteurs comme synonyme de Sceliphron curvatum. En Europe la première semble avoir une plus petite amplitude écologique et se confine plus au Sud. 





15 commentaires:

  1. Super intéressant et comique à la fois, merci beaucoup, you made my day!
    Ben

    RépondreEffacer
  2. Cette guêpe a fait le plus gros de ma semaine. J'ai eu le grand plaisir de la découverte. je suis bien heureux d'avoir "make your day"!. Merci.

    RépondreEffacer
  3. Cette histoire, pleine de zzzzzz, est tout sauf endormante ! Bravo pour cette première nord-américaine.

    Je me souviens d'un été quand j'étais jeune, nous avions un nid de guêpes sous notre balcon. Après deux ou trois piqûres, j'ai développé une convivialité parfaite avec elles. Les guêpes ne me dérangent plus (et vice-versa). Par contre, un nid dans ma bibliothèque ou derrière mes cadres... Heureusement que je n'ai pas de collection de minéraux, ça me fera un endroit de moins à surveiller !

    Je vous souhaite d'autres découvertes, mais extra muros, ne laissez vos centres d'intérêts vous envahir ainsi.

    RépondreEffacer
  4. Vaut toujours mieux être prudent, surtout avec ces guêpes sociales qui font des nids de papier... Mais les Pélopées sont des guêpes solitaires (ou plus ou moins grégaires, faisant des nids individuellement). À moins de sérieusement les malmener elles ne piquent pas contrairement aux habituelles guêpes près des maisons. Cela dit je viens d'en trouver d'autres ce matin. J'ai retiré les nids pour les étudier et j'entends déjà qu'elle est à nouveau au travail... Hum???

    RépondreEffacer
  5. Similarité : dans une autre dimension près de chez vous...
    http://www.youtube.com/watch?v=O0QDw39j9ms
    Ben

    RépondreEffacer
  6. Mon dieu ! tout se travaille de «close-cut» dans Photoshop ?!?!?!?!? Question plate technique : tu photographies sur une table spéciale pour les agrandissements, exemple avec éclairage intégrer ??? t’as un sacré bon appareil photo !!!

    RépondreEffacer
  7. Enfin des questions de graphiste! Si tu voyais comment c'est fait... Moyen du bord disons, mais toujours le même set-up patenté... En fait ça c'est ce que j'appelle des "demi-planches", qui demande moins que la moitié du temps des vraies! Elles sont faites avec une technique moins longue que le découpage maniaque de mes planches botaniques... (je peinture en blanc sur un calque et j'efface les débordements...) Comme Kodak j'ai ce qui est de plus ordinaire: un Canon Rebel... pas cher pour une qualité pas mal du tout. Objectif macro moyenne qualité... dans un petit studio... Salut Frak!

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. merci ! (bizarre l’informatique, je n’ai pas reçu de courriel m’avertissant de ta réponse)

      Effacer
  8. Désolé la plate-forme "Blogger" ne permet apparemment pas de s'abonner aux commentaires comme Wordpress par exemple...

    RépondreEffacer
  9. J’ai vu une guêpe aller derrière des livres. J’y ai trouvé une dizaine d’urnes derrière ces livres (rue St-André à Montréal). Je ne savais pas ce que c’était. Une recherche sur Google image m’a dirigée sur cet article. Merci pour ces infos bien détaillées!
    Philippe

    RépondreEffacer
  10. Nouvelle intéressante! Oui elle semble bien aimer la lecture, elle est active dans ma bibliothèque aussi... Vous êtes au coin de quelle rue (seulement pour mettre un point sur une carte...)? La guêpe a aussi été trouvé au Colorado ce printemps. Merci.

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. St-André, près de la rue Roy.

      Effacer
  11. Merci! Je suis à quelques coins de rues... Un ami l'a trouvé à côté du Stade Olympique. La guêpe est peut-être plus répandue et commune qu'on n elle croie...

    RépondreEffacer
  12. chaque année je la laisse rentrer, 06/03/16 naissance hier soir vers 21h des deux premières d'une portée de 12 (au dessus de mon luminaire) en moyenne 18° 20° donc du coup je sais pas si elles sont précoce ou pas? j'attends de voir elles comatent pour l'instant (Gironde, Bordeaux)

    RépondreEffacer