dimanche 6 février 2011

Les papillons de Nabokov


"Les tyrannies aiment l'architecture du passé". "J'apprécie Freud beaucoup en sa qualité d'auteur comique". Vladimir Nabokov n'aimait pas beaucoup "le charlatan viennois". Provocateur, il chassait la supercherie… et les papillons. L'art et la science partageaient équitablement la tête du russe d'origine. Peu ont réussi une pareille double aventure : auteur célèbre et spécialiste des papillons. Son succès en littérature ne fait pas de doute. En tant que lépidoptérologiste toutefois (spécialiste des papillons) il a dû attendre près de soixante ans et bien après sa mort afin que ses contributions les plus importantes soient enfin reconnues pour ce qu'elles étaient : extraordinaires!



Né à Saint-Pétersbourg, amateur de papillons depuis l'enfance, Nabokov a néanmoins décroché un poste de chercheur et de responsable de la collection de papillons au Musée de zoologie comparée de Harvard dans les années 40. Le réfugié était spécialiste des Polyammatus bleus d'Amérique du Sud. Les bleus sont de petits papillons diurnes de la sous-famille des Polyammatinae (famille des Lycaenidae). Dans notre région nous avons entre autres Celastrina ladon (azur printanier), Everes comyntas (bleu porte-queue de l'Est) et Glaucopsyche lygdamus (bleu argenté).




C'est à Harvard qu'il a développé en 1945 une hypothèse qui avait été reçu assez froidement par ses pairs à l'époque. On lui accordait un certain talent de besogneur, mais sans plus. Pour l'auteur de Lolita le groupe de papillons nommé les "bleus" sont d'origine asiatique et ont migré il y a des millions d'années en vagues successives par la Béringie. En comparant l'anatomie reproductive des papillons (une technique qu'il a lui-même initiée) du Nouveau-Monde l'autodidacte arrive même à préciser de quelle vague descend tel ou tel groupe de papillons contemporains. Quelle discipine concentrée et quelle imagination!




 
Et c'est ce qu'une étude pluridisciplinaire vient de démontrer! 10 chercheurs sous la direction de Roger Villa* combinant la phylogénie moléculaire (afin de déterminer la parenté par les gènes), la paléoécologie (détermination des climats à des époques lointaines, tolérance des espèces au froid) et la biogéographie (la répartition géographique et les migrations des espèces) ont vérifié les idées du romancier. Les résultats appuient clairement l'hypothèse de Nabokov: c'est au moins cinq vagues de colonisations asiatiques qui expliquent les groupes actuels de ces papillons. Et ils sont bien venus par le détroit de Bering...





Les "spéculations" de Nabokov, élaborées à partir de l'observation solitaire de spécimens au microscope, de dessins précis de détails infimes et de... poésie (ce qui ne l'aidait vraiment pas à l'époque!) sont confirmées par une équipe de choc avec les techniques et ordinateurs les plus puissants aujourd'hui. Vladimir avait raison: tous ces papillons du Nouveau-Monde partagent un ancêtre commun en Asie. Il y a 10 ou 11 million d'années… 

Nabokov! T'as fait ça sans étude de l'ADN, sans ordinateur, fonds de recherche ou assistant…

"Vraiment peu de chose ai-je connu en terme d'émotion ou d'appétit, d'ambition ou de réussite peut dépasser en richesse et en force le plaisir de l'exploration entomologique". Nabokov a nommé et décrit des centaines d'espèces de papillons. C'est dire qu'il a connu le bonheur! Il n'est toutefois encore connu que pour une seule créature, avec une curieuse métamorphose: "Lumière de ma vie, feu de mon corps". Et à ce sujet la controverse est encore d'actualité, nous connaissons tous son surnom…


6 commentaires:

  1. Merci monsieur Latour pour ce très beau texte.
    Il me rappelle mes années d'adolescence à courir moi-aussi les bibittes. J'étais passionné par les coléoptères que j'ai collectionnés et identifiés par centaines du plus gros au plus petit, à mon constant émerveillement.

    RépondreSupprimer
  2. Superbe article ! Je viens d'apprendre une foule de choses passionnantes en le lisant :) Merci !

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour cette leçon d'entomologie et de littérature !

    RépondreSupprimer
  4. Merci pour cette leçon d'entomologie nabokovienne.
    (C'est un second essai, mon premier commentaire doit s'être perdu dans la blogosphère.)

    RépondreSupprimer
  5. @ tous: Je viens de trouver ces messages dans un coin perdu de la blogosphère (je ne les avais pas reçu dans mes courriels) désolé!
    @ Enviro: Merci, le printemps arrive et j'ai bien hâte de replonger dans un peu d'adolescence!
    @ Pescalune: merci chère Lunette qui nous fait voir tant de choses!
    @ Géo: à mon tour merci de me lire et d'apprécier. Désolé pour les messages perdus!

    RépondreSupprimer
  6. @ tous: j'étais surpris de n'avoir aucun commentaires je le trouvais intéressant ce billet et je me demandais pourquoi je semblais le seul! Merci à tous encore!

    RépondreSupprimer