samedi 3 septembre 2016

Parc-nature du Bois-de-l'Île-Bizard



Grand harle, Mergus merganser

Encore quelques photos de la visite du Parc-nature du Bois-de-l'Île-Bizard. Je n'avais pas vu cet oiseau depuis si longtemps. Son nom m'échappait! 



Panorama sur ce célèbre boardwalk.


Célèbre boardwalk qui doit être refait, ça presse!



Un papillon Grand porte-queue (Papilio cresphontes) volait dans les alentours et alors que nous faisions une pause à l'ombre, il est venu se joindre. On le reconnaît de loin: sa grande taille est assez remarquable! Son vol aussi: absurdement lent au point que l'on se demande comment il se maintient en l'air!

Sa faculté de se maintenir avec cette caricature de battements d'ailes est étonnante. Mais son vol est aussi complètement gracieux et si séduisant!

Il se posait et semblait prendre du nectar ici et là puis remontait le chemin vers nous avant de s'en retourner aller boire un peu. Je décide alors de faire enquête: quelle fleur méritait donc ce visiteur? Mais comme à l'entrée du parc j'avais aperçu des frênes épineux (Zanthoxylum americanum), la plante-hôte sur laquelle la femelle pond ses oeufs, j'avais l'oeil ouvert pour ce petit arbuste.

Et oui il y en avait et, oui!, les feuilles squelettisées et broutées. Un renflement de la branche qui avait l'air d'une généreuse défécation d'oiseau (une grosse crotte, vous savez...): quelle chance (enfin, c'est relatif!)! je n'avais jamais vu cette chenille. Elle est bien mieux camouflée que ces photos laissent voir.

La première photo ci-haut nous montre la chenille en lumière naturelle.




Puis je me suis amusé à faire des clichés au flash:





Quelle curieuse bestiole!



Le grand sentier qui passe par le boardwalk traverse tout le parc. Pour les gens qui vivent autour, ce parc est leur parc de quartier... ils y roulent en vélo. Je trouvais un peu dérangeant, surtout sur le plan d'eau où on peut voir tant d'oiseaux... Je me disais que ce n'était peut-être pas une bonne idée. 

Pas de chance pour ce papillon qui ne volera pas...

Cette larve de Sphingidé a été écrasé par un de ces nombreux vélos probablement. La taille de cette chenille et sa couleur aurait certainement été remarquée par une randonneur. À vélo, vroom! On s'amuse! On se garde en santé!

Il faudrait revoir le règlement je crois!






2 commentaires:

  1. Merci Roger de me faire découvrir cette curieuse créature que je ne connaissais pas!

    RépondreEffacer