jeudi 17 mai 2018

Les carolins du Parc La Fontaine en 1955

Requiem (tiré de mon plus récent livre Stabat Arbor 1)


Les photos (modifiées) d'époque proviennent des Archives de la Ville de Montréal.

"Je reviens en terminant sur ce qui est le plus bel ensemble d’arbres patrimoniaux à Montréal: l’alignement de peupliers de Caroline au Parc La Fontaine. Ce monument historique vivant est dans le pire des mauvais états.
Il s’agit ici aussi d’arbres centenaires mais comme ils ne sont pas d’essences nobles (comme on dit) personne ne semble leur prêter l’attention que se mériteraient des chênes, des ormes ou des érables à sucre.
La plan de cet aménagement est singulier. Ce n’est pas un ovale ni une ellipse. Quelle en était la fonction? Était-ce tout simplement un circuit d’exercice ou de démonstration militaire? L’histoire du lieu suggère bien cela en effet. Peut-être s’agit-il d’une piste d’hippodrome? La forme oblongue pourrait le laisser croire."


"Formellement il s’agit d’un cartouche (de l'italien cartoccio), un rectangle aux extrémités arrondies. C’est un élément architectural qui remonte à l’Égypte Ancienne. C’est cette forme dans laquelle on inscrit quelque chose: le nom d’un pharaon, l’année de construction d’un édifice, une armoirie, un épitaphe, etc. La forme varie avec les styles architecturaux et les époques mais la fonction demeure: c’est un espace voué à une inscription.
Pourquoi un aménagement de cette forme ici, au début de la guerre 1914-1918? Et pourquoi cet arbre en particulier: un hybride entre le peuplier deltoïde indigène et le peuplier noir. L’hybride qui se fait vite géant avait été découvert en France, tôt au 18e siècle. Planté ici, est-ce emblématique? De quoi?"

"Ainsi entourée, c’était une grande place de rencontre, comme on dit aujourd’hui. Une surface plane, une pelouse libre de toute installation, entourée d’arbres majestueux. Quel simplissime programme! 
Peut-on y voir un espace pour un Requiem? Un lieu de souvenir?"


"L’indifférence d’aujourd’hui, qui ne se souvient de rien, se mêle à l’idée entretenue que ces peupliers mastodontes sont un embarras. Ils gênent. Beaucoup admirent le responsable des parcs des années cinquante et soixante mais je ne partage pas du tout l’enthousiasme pour cette attitude moderniste (table rase!) qui a eu un effet catastrophique pour le Parc La Fontaine. 
Un ensemble paysager unique a été gommé de l’histoire. On ne sait plus que faire de sa carcasse à moitié dévorée. On gère pathétiquement les arbres… C’est une spirale descendante depuis ce temps… et ce n’est pas terminé!"


"Vous avez maintenant un avant-goût de mon prochain livre: Stabat Arbor II. Ce sera au tour du genre Populus, de la famille des Fabacées, sans oublier tulipiers et autres curiosités. 
Tout cela pour vous intéresser à ces drôles d’êtres vivants immobiles qui vivent parmi nous: les arbres."


Quelques Populus x canadensis, peupliers de Caroline, ou Carolins, encore debout et un autre abattu au Parc La Fontaine. Le syndrome amnésique (et tellement festif!) connu sous le nom de Permanent Montreal Chainsaw Massacre...
Vous découvrirez dans ce livre bien d'autres arbres méconnus ou même inconnus, naturalisés, certains centenaires sans tambours ni trompettes ... 



Aucun commentaire:

Publier un commentaire