vendredi 9 septembre 2011

N'y allez pas!





N'arrivez surtout pas tôt le matin…




Le temps s'y perd...




Tout le monde s'enfuit.





Avec la lumière de septembre, les noyers noirs sont révoltants.





Il y a du bruit, constamment.





Vous risquez de vous mouiller les pieds.
 



Si vous êtes en bonne compagnie, c'est une autre histoire.


 
Le Bois-de-Liesse… pour votre malheur!


8 commentaires:

  1. Nous irons au Bois:
    La bonne compagnie
    Y ouvre les bras
    Tout l'après-midi.


    chanson française anonyme du 15e siècle

    RépondreSupprimer
  2. On sent, derrière votre billet, comme une volonté de téléguider nos comportements. Vous nous dites de «ne pas y aller». Logiquement, pour affirmer notre liberté, nous devrions au contraire y accourir en foule. Or, c'est peut-être précisément ce que vous espéréz de nous. Donc, toujours pour affirmer notre liberté, nous n'irons pas ! Mais alors, nous aurions l'impression de donner le spectacle d'une meute docile qui se conformerait massivement à l'injonction explicite de «ne pas y aller», ce qui nous ramène à la case départ. On n'en sort pas !

    Bref, qu'attendez-vous de nous au juste ?

    RépondreSupprimer
  3. hé ! c’est Charles sur la dernière photo !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben oui... hey! je regarde la date de tes commentaires: ça t'as pris un an pour t'en rendre compte!!!

      Supprimer