samedi 8 décembre 2012

Meadowbrook: parc nature urbaine et patrimonial 1



Précaution minimale: ce qui suit n'engage personne d'autre que moi. Ce ne sont que mes opinions de dilettante et elles ne sont pas sollicitées. Voilà!


Presque tout le monde est sur cette photo prise lors de la visite des lieux.

Samedi dernier trente-cinq personnes se sont réunies par les bons soins du Conseil Régional de l'Environnement de Montréal à la Maison du Développement Durable. Le bureau d'architectes Catalyse urbaine conduisait une démarche assez exceptionnelle. J'y étais invité à titre de membre des Amis du Champ Des Possibles et en tant que l'auteur de quelques billets portant sur cet espace vert de grande valeur. Vous trouverez tout en bas les liens vers ces billets.

Un peu de blanc sur ce vert.

Le but de la rencontre (une charrette) était de prendre le pouls de divers intervenants et politiciens et d'échanger les idées sur l'aménagement futur de Meadowbrook, un terrain de golf mais surtout un espace vert qui risque encore de passer dans la tendre moulinette du développement. Comble de l'ironie ce sont maintenant des projets de résidences totalement vertes qui veulent venir oblitérer ici la rare topographie d'un paysage historique et une biodiversité peu banale.


Un des ruisseaux sur le site (la Petite Rivière Saint-Pierre)

Les Amis de Meadowbrook méritent d'être salués pour cette détermination hors du commun: depuis 1989 ils sont là pour nous signaler toute la valeur de cet espace. Afin de comprendre les enjeux je vous rappelle ici leur mission:

"Empêcher le développement de Meadowbrook et le transformer en Parc Meadowbrook, un nouveau parc nature de 57 hectares, ouvert et accessible à tous les résidents de l'Île de Montréal et relié par une trame verte à un réseau de parcs dont, notamment, la falaise Saint-Jacques."

En 23 ans le projet a évidemment connu des modulations et des mises à jour. D'un projet de parc nature il s'agit maintenant de faire "un parc nature urbaine et patrimonial". Je suis curieux de voir ce qui sera maintenant absorbé suite à cette charrette, un terme des designers je le rappelle.



Un terrain de golf public privé...

Car il en va toujours ainsi: c'est autour d'architectes, d'architectes du paysage ou d'urbanistes que l'on organise les équipes qui devront produire en deux heures une proposition d'aménagement et un programme. Mon habituelle question est de demander comment il se fait que les équipes ne soient pas centrées sur des biologistes, des écologues, des historiens, des amateurs d'oiseaux ou des naturalistes (ma seule qualification après tout!).

Il est évidemment habituel que la réponse à ma question soit un sourire entendu… La sensibilité au vivant étant jugée une préoccupation mineure, ignorante des véritables et sérieux enjeux urbains et sociaux… Pourtant, s'agissant après tout d'un brassage d'idée sur le devenir d'un espace vert, je maintiens qu'un équilibrage différent serait profitable.


 Organisation des équipes de travail.


N'allez pas croire que je n'ai rien de positif à dire sur cette rencontre malgré tout stimulante. J'y reviendrai. Ce que je dis c'est que si vous voulez faire dans le design, invitez des designers… Si vous voulez faire un espace vert, écologique et fonctionnel, invitez d'abord des spécialistes de ces questions. Et de plus que ce soit eux qui mènent les équipes! Les urbanistes et autres auront alors tout le loisir de tracer les voies d'accès menant à cet espace vert, hors de cette espace… sans s'occuper de questions qui ne sont pas de leurs ressorts!

Malgré la mission des Amis de Meadowbrook et le programme de la journée (dessiner un parc nature urbaine et patrimonial) bien des propositions s'avéraient de véritables bulldozers... verts! Avec les meilleures (?) intentions du monde, sans grande considération même pour les ruisseaux présents…


Au travail maintenant!

La tendance à bouffer de l'espace des parcs publics pour le sport (depuis les années 50) par exemple est une histoire désolante… il ne manque pourtant pas de terrain pour ces activités partout autour de Meadowbrook. Cette pratique d'après guerre à Montréal est aujourd'hui remplacée par une pratique pourtant considérée "verte", je parle de l'actuelle obsession de l'agriculture urbaine. Retrancher de l'espace à Meadowbrook pour faire pousser de la salade? Quel ennui prévisible! Que ce soit la gourmandise d'espace de stationnement de bagnoles (imaginez je proposais de ne pas accorder un mètre carré au stationnement… c'est vraiment irresponsable!) ou l'espace des gourmands de crudité verte, le résultat est le même! Soustraire de l'espace à la biodiversité a toujours été le fait de l'agriculture. Rien de nouveau sous le soleil… le faire maintenant au nom du "vert" est assez assommant! Seraient-il verts et bios notre estomac et notre fine bouche doivent quand même arriver à accorder un peu de place (ou de lieu de représentation si vous êtes impertinent) à la biodiversité et sa rencontre.



Une autre équipe.

En fait les clients à Meadowbrook ce ne sont pas seulement les humains… ce sont aussi par exemple les oiseaux. Et les autres centaines d'espèces qui ont besoin des différents habitats et de voies migratoires ici. Avant d'apprendre à mieux se nourrir il faut d'une part apprendre à réduire, où c'est possible, l'empreinte de nos usages et de nos comportements de consommateurs. Et accorder de l'espace aux autres espèces...



 Les Amis de Meadowbrook.


Curieusement l'impact de l'agriculture urbaine serait une forme douce de green-washing… J'en arrive à croire que c'est non seulement du non-design qu'il faut mais aussi du non-vert…

L'occasion est belle, vu la topographie miraculeusement conservée des lieux, de (re)faire à peu de frais de nombreux habitats: prairies, haies et boisés, ruisseaux et autres milieux humides. Quelques chemins et sentiers. Quelques haltes. Et beaucoup de plantations faites avec tact, sensibilité, science et respect. Les usagers (humains et animaux) viendront...


 
  Et une autre équipe.


Que faire à Meadowbrook? Et si on s'adressait d'abord à la biodiversité et aux nombreux amateurs de nature? Ils sont aussi nombreux que les amateurs de design et de crudités. Ils viendront à pied, en TEC ou à vélo...

Le développement durable sera durable dans la mesure où il est le moins développé!
Eux, ce sont mon équipe.


Vous pensez que l'aménagement d'un espace vert d'abord dédié à la nature et à son expérience sensible est possible en milieu urbain?


J'interromps ici le billet et je vous reviendrai pour la suite avec quelques plans esquissés par les différentes équipes et mes réflexions simplistes. Une tendinite révoltante rend cette rédaction un peu difficile!


Voici les liens vers mes billets précédents sur Meadowbrook:


15 mars 2010

11 novembre 2010

Bon samedi!



4 commentaires:

  1. Des «bulldozers verts», vous en avez des expressions ! Mais ce pourrait-il que, parfois, quand c'est vert, c'est que ce n'est pas mûr ?

    Remarquez, pour ce qui est des bulldozers : même le Pentagone se tourne vers les énergies vertes. Des chars d'assaut «verts» (et je ne parle pas du camouflage) ne sont plus inconcevables...

    Source :
    Eco-warriors: US military pushes for green energy
    New Scientist magazine - 03 November 2012
    http://www.newscientist.com/issue/2889

    RépondreSupprimer
  2. C'est bien une question de maturité... merci! Des chars d'assaut verts? Enfin! Ça ira bien avec les champs de batailles couverts de coquelicots. Ça aussi c'est vert...

    RépondreSupprimer
  3. J'aurais bien une idée à suggérer, mais je crois que sa simplicité et son absence de coût et de profit n'attirent pas l'attention des agitateurs de concepts moussants pour leur carrière. Il s'agirait de laisser le lieu se re-naturaliser seul en orientant tout au plus le promeneur par des sentiers judicieusement disposés. C'est con, hein !
    Ok, plus ambitieux, en profiter pour faire étudier ce retour à la nature par des classes vertes.
    Ok, j'arrête.

    RépondreSupprimer
  4. Laisser la nature opérer? Jean-François les bornes sont dépassées! Des classes vertes? Quelle idée arriérée! Reposez-vous donc un peu...

    RépondreSupprimer