vendredi 25 janvier 2013

L'affaire de la feuille tachée




Cachez cette feuille!


 
Quoi? La mauvaise feuille d'érable? L'Érable à sucre (miam), c'est pas l'emblème du Canada? Ils se seraient trompé les gailurons! Mauvaise presse pour la Banque du Canada. Flora Urbana enquête.


Au Canada et ailleurs on a beaucoup parlé de ces nouveaux billets de banque à l'épreuve de toutes les contre-façons: infra-minces en polymère de molybdène, impression truc 3-D, boutons-braille. Il ne manque que l'odorama: on n'a malheureusement pas réussi à imiter l'inimitable odeur de l'argent. Ces prouesses en technologies d'impression pour la lutte anti-contre-façons auraient peut-être impressionné toute la planète mais voilà que ces coupures de $20, $50 et $100 arborent, dit-on, la mauvaise feuille d'érable. Et ce n'est que de cela que l'on parle. 



Extraction exacte de la feuille litigieuse.


J'étais à Anticosti (?) la semaine passée et je n'ai pas réagi tout de suite n'ayant pas vu ces billets (je n'utilise que des aureus pour mes transactions courantes). De plus, avant de pouvoir vérifier la chose, je devais mettre à jour mon ordi et mes logiciels de phyllométrie fractale (voyez mon installation ici). C'est pas simple. Mais ça performe! 


Les calculs, qui ont été un peu longs, confirment ce qu'on a dit à la tonne: au lieu d'une feuille d'Érable à sucre (miam… 'scusez, je peux pas m'empêcher…) on a mis une patente verte d'un autre pays! Pas "native" disent les journalistes au langage précieux. Plutôt que Acer saccharum, espèce indigène donc, on a mis une feuille de Acer platanoides, l'érable de Norvège (Érable plane pour les européens). Une espèce exotique et "invasive". Remarquez les Norvégiens s'en foutent complètement eux. Ils la jouent sûre et mettent des flocons de neige sur leurs billets de Krone. C'est malin, il y en a pas deux de pareils y paraît. Pas de risque d'erreur pour la banque de Norvège mais les faussaires norvégiens (déjà réputés les fossoyeurs des faussaires) apprécient sûrement…




Comparez A. platanoides et A. bancus-canadensis. C'est comme semblable, non?


J'ai réuni ici la plupart des espèces d'érables présentes au Canada. Indigènes ou pas. Vous pouvez juger de la troublante dissemblance de la feuille apparaissant sur nos nouveaux billets et celle de notre miam-miam national.


Pour être clair:

Acer saccharum: Érable à sucre (miam...)
Acer platanoides: Érable de Norvège (royaumes des faussaires de flocons)
Acer bancus-canadensis: la bourde de notre Banque du Canada.



Le plus fidèlement possible j'ai copié la feuille litigieuse. Vous la voyez ici parmi ses consoeurs, tout à côté de l'Érable de Norvège (A. platanoides). À part les longues pointes sétacées (comme des fils) qui terminent les lobes et dents on dirait bien la même espèce...

La feuille de notre Érable à sucre (miam…) possède ordinairement trois lobes principaux. Mais des fois il y en a presque cinq, les supplémentaires à la base étant quelques fois un peu plus développés. Trop de sucre probablement. Mais pas de longues pointes sétacées...


Clairement la feuille qui se rapproche le plus de celle sur les nouveaux billets est la feuille de l'Érable de Norvège. La Banque du Canada nie l'erreur et affirme plutôt qu'il s'agit d'un mélange stylisé des espèces canadiennes afin de ne pas paraître avoir un biais régional (lire: éviter une espèce de l'Est du Canada… même si c'est l'emblème national). 


Donc: Out, l'Érable à sucre! (miam… oups!). Mais pourquoi?







On le sait le divin sirop canadien fédérateur n'est plus celui de l'Érable à sucre mais, combien plus précieux, celui du sirop de sable. Et les sables c'est en Alberta. Fini cette ancienne couleur maladivement dorée. C'est le brun sale ou le noir pas clair dorénavant qui met du beurre sur la table. Les norvégiens l'ont compris! 


Ah! Le beau Nouveau-Kanadéa et sa douce Political Korrectness! Viser si juste que le coup ne part pas... il reste gommé!




PS: vous aimez ce billet? Partagez! C'est ma source d'aureus...

 



6 commentaires:

  1. J'ai adoré ce billet, vraiment! Je crois que tu as misé juste avec l'idée de l'espèce de l'Est du Canada. Merci Roger pour ce moment de détente.

    RépondreSupprimer
  2. Tant mieux... merci de le lire et de me le signifier!

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour cet article. C'est bien la chose la plus complète et la mieux illustrée que j'ai trouvé sur le sujet.

    Ainsi nos billets de 20 $ ont été squattés par des érables norvégiens, aux feuilles plus rondouillettes que celles de notre érable à sucre local, à la silhouette plus creusée.

    Aux amateurs de théories du complot :

    Avec la disparition du sou noir prévue le 4 février prochain (la Monnaie royale canadienne ne distribuera plus cette pièce à partir de cette date), allons-nous vers l'éradication pure et simple de la feuille d'érable à sucre de notre monnayage papier et métal ? En effet, qu'est-ce qui apparait au revers des pièces d'un sou : deux feuilles d'érable (à sucre, me semble-t-il).

    Y aurait-il, quelque part (mais où ?), sous le fallacieux prétexte d'éviter tout «biais régional», une volonté d'éradiquer une «espèce de l'Est du Canada… même si c'est l'emblème national», comme vous dites ?

    Dehors l'érable à sucre. «Mais [toujours comme vous dites] pourquoi ?»

    RépondreSupprimer
  4. pas mal, ce billet!... ;-)

    RépondreSupprimer
  5. @Henri: j'ouvre un dossier sur le sou noir. Maladroitement je suggérais un changement (neutralisation)des emblèmes signifiant les changements politiques du pouvoir et de son nouveau centre. Je sais pas si c'est un plan...

    @Kyra: Merci ma chère!

    RépondreSupprimer
  6. Bien voila sans vouloir vous contredire j'ai vu dernièrement ce fameux billet de 20$ se faire "ratatiner" au micro-onde. La pauvre devise en plastique à été oublier sous un bol de soupe.

    Aussi ce fameux billet aurait été dernièrement contrefait avec l'aide d'une imprimante 3D, l'opération aurait demander plus de 55 heures de travail ultra précis à la machine ! ce qui est peu rentable pour les faussaires

    RépondreSupprimer