lundi 6 juillet 2009

Anticosti, Mistassini, Ungava...

 
photo: Anticosti, Jacques Rousseau, JBM


Quel rapport avec la flore urbaine? Marie-Victorin, Jacques Rousseau et bien d'autres ont nourri ma curiosité botanique. Et m’ont fait voyager bien loin... depuis j'ai appris que même tout près il y a de l’aventure...

Ne demandez jamais à l'explorateur, encore tout nimbé des solitudes lointaines, de raconter ses plus beaux souvenirs.

Vous ne comprendriez pas, peut-être, s'il disait: «C'est le vent soufflant dans la vallée, la lune perchée entre deux épinettes, la cascade qui chuinte, le gloussement du ruisseau, le cri strident de la buse sur la falaise au-dessus de ses niais, la nostalgie du pinson chanteur, le clapotis menu plate de la vague du canot, le petit esquimau qui sourit à sa mère dans le capuchon de l'anorak, la trouvaille sur la plage d'un caillou qui narre l'histoire de la terre ou, sur le talus, une plante que personne n'a encore vue, une herbe insignifiante, sans nom, qui ajoute un chaînon aux connaissances humaines».

Ce sont là grandes aventures. Jacques Rousseau, in: Toundra, 1950.

Le Jardin Botanique de Montréal a mis en ligne les photographies de Rousseau, explorateur botaniste et ethnobotaniste:

http://www2.ville.montreal.qc.ca/jardin/archives/rousseau/accueil.htm





2 commentaires:

  1. Merci de nous faire part de ces perles.

    En tout ça fera un long collier !

    RépondreEffacer