mercredi 9 septembre 2009

Furtives fougères


Mes allées et venues vers la Grande Bibliothèque sont toujours l’occasion de quelques observations. Celle-ci est surprenante. Et sans doute très furtive. Assez rare en effet que l’on trouve des fougères spontanées sur la rue en quelque sorte...

Dans la côte sur la rue Saint-Denis donc, dans cet escalier en marbre une discrète apophyte. Mes connaissances des fougères, autrefois tout juste un peu compétentes, sont trop loin derrière mes préoccupations actuelles et je n’ai pas immédiatement le temps de l’indentifier... est-ce une Dryoptéride?




Il y a quelques années cette autre fougère, encore rue Saint-Denis, poussant dans le mortier humide entre les pierres. Marbre, mortier, hum...des fougères aimant des milieux calcaires? Pour l’instant encore cette fougère est non-identifiée!

Pardonnez-moi, mais vous savez, à bien y penser, il y a aussi pas mal de mousses et de lichens et quelques espèces de prêles, sans compter les familles des Poacées et des Cypéracées...toutes sortes de “petits” sujets d’étude et de révision...pour un naturaliste urbain quelque fois un peu pressé!

Mais j’ai quand même l’oeil ouvert!



5 commentaires:

  1. Bonsoir Monsieur Latour !

    Oui " les fugères furtives ", elles croissent et poussent là où le sol lui est fertile. Il y en a beaucoup dans les Cantons de l'Est. C'est pour moi " toujours " un mystère à l'instar d'autres plantes de savoir pourquoi elles poussent dans de si petits interstices,

    M'enfin, autre sujet, aujourd'hui j'ai demandé des nouvelles de " Roberte " et selon le " Monsieur " hé bien Roberte a longé vers le nord de la rue de Brébeuf et a continué de " manger " dans les jardins et parterres et ma foi, où est-elle rendue ? Point d'interrogation , mais elle continue sa vie dans la " Faune du 514 " et selon moi c'est très bien si elle n'est pas agressée par des z'humains.

    Soyez bien ! Puis " encore grand merci " pour les informations à l'égard du " pourpier ", moi qui fait de la bonne vinaigrette, ips...ça pourrait être bon dans les assiettes !!!!!"
    G.B.

    RépondreSupprimer
  2. Roberte s'engraisse pour passer un beau Noël au chaud!Je serais pas étonné de la croiser sur la voie ferrée.

    Le pourpier il faut le goûter cru, il est à son meilleur! Ya sûrement bien des vinaigrettes pour l'accompagner.

    RépondreSupprimer
  3. Hé ! hé ! où sera Roberte le 25 du mois de décembre ???? Sur la voie ferrée ? Hum pas sûre que la Cocotte se gèlera la queue pour flairer les z'humains en ce douzième mois et dire houlà ! houlà ! au Père Noël !!!!

    En attendant il y a " septembre " et " ces très belles heures ", celles du Duc de Berry et l'autre " de Berri ".

    Que tout soit dans le neuf tel aujourd'hui ! Je vague au gré de mes fantaisies. Douceur de vivre !

    G.B. Qu'à cela ne tienne pour le pourpier sans vinaigrette, la " mienne " est ciellement bonne...pour pourpier, pour un pied ( bof !)..pour une assiette et celui qui en diserte, ah oui !.

    Je suis passée sur la rue Berri et ma foi, ouh ! mon oeil n'a point vue de pourpier, pourtant la macula était toute là.

    Soyez bien !

    G.B.

    RépondreSupprimer
  4. Je savais ma phrase formulée pas très clairement...non je la verrai pas en décembre...mais d'ici là j'irai sur la voie ferrée!

    Les pourpier de la rue Berri sont décus! Ils se sont faits tout gras! Et on ne les voit pas!

    RépondreSupprimer
  5. Beau Dommage !

    Puis hein " La Sainte-Claire " est fêtée le 11 août !!!!.
    Alors soyez " ferré " Monsieur Latour ! Les " très riches heures du Duc de Berry " et " celles " des vôtres " en seront fort éclairées nonobstant le soleil couchant si tôt lorsque décembre sera venu !!!!

    La cigale aura quitté depuis fort longtemps et Roger sera à l'instar du cadran, reconnaître les beautés passées de l'été.

    G.B.

    RépondreSupprimer