dimanche 29 novembre 2009

Les mauvaises herbes de Darwin


l’itinéraire de décembre 1831 à mai 1836

Durant son voyage de 5 ans autour du monde, à bord du Beagle, Darwin a récolté des centaines de spécimens de végétaux. Il est assez intéressant de constater que certains des spécimens récoltés dans des endroits qu’on pourrait croire isolés (à l’époque encore plus que maintenant!) étaient en fait des “mauvaises herbes”. Plus correctement, évidemment, il s’agit d’anthropophytes, de plantes voyageant avec les hommes (volontairement ou pas).



mouron et laiteron voyageaient déjà

Les spécimens d’origine européenne ci-haut: Stellaria media (mouron des oiseaux, common chickweed, p.176) des Îles Falkland et Sonchus asper (laiteron rude, spiny-leaf sow-thistle, p.131) de l’archipel de Chonos (Chili). Le mouron des oiseaux est la plante dont je parlais il y a quelques jours: voir le billet Course à rebours. Nous la verrons encore: elle se porte très bien et j’essaierai de la photographier en décembre (elle ne sera pas la seule) et éventuellement dans la neige, ce qui est déjà plus intéressant...

Tous les spécimens végétaux, plantes indigènes et étrangères, amassés par le naturaliste sont aujourd’hui réunis et entièrement consultables en ligne à l’adresse suivante:


Amenez-moi, je travaillerais dans la soute à charbon...jusqu’aux Falkland pour voir le mouron!


1 commentaire:

  1. whaaaaa! un herbier - (un vrai!?) - signé Darwin?!?

    in-cro-yable

    merci Roger

    RépondreSupprimer