vendredi 5 octobre 2012

Les Schtroumpfs et le puma




Ce cougar n'est pas mort, il dort! Comme les journalistes de l'Express... Photo Wikipedia



Yen a marre de cette attitude approximative et sensationnaliste des médias! Il y a quelques semaines c'était le Nouvel Observateur avec un titre complètement farfelu, excessif et totalement catastrophiste (ça vend je vous dit...) sur l'étude de Séralini :


EXCLUSIF. Oui, les OGM sont des poisons !


Cette semaine c'est au tour d'un autre magazine de faire dans la bouillie pour chat, le pâté félin ou dans La Soupe aux Petits Bonhommes Bleus. Le titre de l'Express (une feuille de chou publiée par des Schtroumpfs, non?):


"Cougar: cette espèce est désormais éteinte" puis : "Le puma de l'est américain a été déclaré officiellement éteint aux Etats-Unis mercredi."


On ratisse large comme toujours : on commence par titrer que l'espèce est éteinte, puis on semble préciser que ce n'est qu'une des sous-espèces qui le soit bien que l'on mentionne par ailleurs que la "Panthère de Floride" (une autre sous-espèce de Puma concolor) existe toujours.


Alors il est mort, disparu, zappé l'animal? Bordel… l'article ne tient pas la route et on ne peut pas savoir… Journalisme d'amateur!




Preuve de présence du cougar au Québec: ici au zoo de Saint-Félicien ;))) Photo Wikipedia


Lire les commentaires des lecteurs de cet article est encore plus déprimant! Si l'article contient toute l'information venant nier la validité de son titre même, les lecteurs eux ne s'en rendent même pas compte! Tout ce qui reste collé à leur esprit "réceptif" est le titre mensonger et manipulateur de cet article… Même quand un biologiste (Meldrou - 21/09/2012 23:16:17) ayant travaillé sur la question de la présence du cougar au Québec explique très bien ce qu'il en est, un commentaire continue dans la voie automatique imprégnée par le titre. (lisez les commentaires pour avoir une idée de l'automatisme des réponses...)


Je l'ai déjà dit à des amis : personne n'a lu l'article scientifique sur les OGM en question plus haut. Tout le monde se fie à l'article patenté, arrangé avec le gars des vues du Nouvel Obs… quelle erreur! Et lâchez-moi les baskets : je ne détient aucune titre boursier de Monsanto, mais vérifiez quand même VOTRE fond de retraite… Je crains que tout comme l'article de l'Express celui sur les OGM a été rédigé par un Apprenti Schtroumpf. Ou un bon Maréchal de la Manip... comme les médias en pondent par dizaine!

Puma, lion des montagnes, cougar, panthère ou Puma concolor, le félin est assurément malmené et menacé dans l'est du continent, un peu moins en Floride. Les populations de l'Ouest du continent se portent (very relativement) assez bien toutefois. Et comme on en trouve certainement en Ontario et probablement ailleurs dans l'est du Canada, dire que l'espèce est éteinte parce qu'une des ses sous-espèces le serait en partie sur une partie de l'est des États-Unis est... abusif! Dire que l'espèce est éteinte c'est malhonnête et trompeur… Sauf si on souhaite garder des Schtroumpfs comme lecteur.



Allez donc voir de ce côté ce que dit la science sur le statut de l'espèce:

Commencez par une page Wiki sur le Puma

Présence du Cougar au Québec

En Ontario

Ici aussi : The Ontario Puma Foundation

Pour avoir une vue d'ensemble allez sur le site de L'IUCN

Vous trouverez ici une photo prouvant la présence de cougars en Europe


Il est un peu déprimant (mais pas étonnant) de constater que si je tape 'cougar' dans Google le premier résultat est bien cette "nouvelle espèce"… de Cougar. *



Pour revenir à l'article est à sa validité, Googlez n'importe quoi (cougar, puma, lion de montagne, etc) et vous aurez une meilleure connaissance de l'espèce que par la lecture de l'Express!


*Si (seulement si...) vous avez le coeur léger voyez ici le résultat de recherche image de Google Cougar

4 commentaires:

  1. Bonjour,

    je comprends très bien votre indignation sur la médiocrité de ces articles et je la partage.

    néanmoins j'aimerais apporter mon insignifiant avis dans cette histoire :

    -En termes de génétique des populations, la disparition d'une sous-espèce est aussi grave que la disparition d'une espèce. Donc même si le titre est mensonger, son catastrophisme est justifié (je le rappelle, cela reste mon avis).

    -Quant à l'étude sur les OGM, il est notoire que M Séralini est un ardent comabattant des OGM et je ne sais pas du tout si son étude est scientifique ou pas. Un chose est sûr, c'est que les Monsanto et co nous vendent leurs expérimentations sur la base de rapports toxicologiques totalement opaques. je ne vois pas vraiment pourquoi la parole des grands et des riches vaut mieux, par défaut, que celle des militants.

    Ceci étant dit, je suis d'accord avec vous sur vos conclusions. et surtout j'adore ce que vous faites sur la biodiversité urbaine :)

    Cordialement,
    Tolga

    RépondreSupprimer
  2. L'article aurait dû porter le titre "une sous-espèce du cougar disparue de certains états aux USA"! Mais c'est pas de la grosse nouvelle, ça! Votre note n'est pas insignifiante mais malheureusement je ne parle pas du tout (ni l'article)de la génétique des populations... Mon propos est bien la médiocrité des articles traitant de science et la manipulation évidente des lecteurs par un sensationnalisme facile. La distance (média européen traitant d'une réalité nord-américaine)semble favoriser les approximations... Pourtant le web nous donne amplement accès à bien d'autres sources d'info...

    Quant à l'étude de Séralini (sans même s'arrêter à l'article lui-même et la méthodologie) s'il faut le dire encore: un OGM ne représente pas tous les OGM et OGM n'égale pas Monsanto! L'insuline utilisée partout est justement produite par un OGM... en Asie des centaines de millions d'humains ont accès à des vitamines essentielles par du riz OGM, en Amérique du Nord ce sont des dizaines de millions d'humains qui consomment des OGM depuis plus d'une décennie. On ne trouve pas rien d'un équivalent humain des tumeurs sur les rats ayant fait les manchettes du Nouvel Obs... Comment cela est-il possible?

    Il y a encore de nombreux exemples pouvant montrer les OGM sous un jour moins négatif que celui de l'éternel amalgame avec Monsanto (même ajoutant "et Co"...). Ce qui reste à l'esprit des gens avec ces articles de la presse non-spécialisée c'est la peur panique des OGM. Avouons que ce n'est pas très utile... et guère mieux que de gober la parole des grands et des riches...

    voilà, j'espère avoir mieux réussi à passer mon message!

    Salutations sincères!

    RépondreSupprimer
  3. Ayoye, deux débats: la science et le journalisme. Ça tombe bien, je connais un peu les deux.
    Après avoir traîner mes guêtres dans quelques laboratoires et avoir contribué, mais très modestement, à enrichir la littérature scientifique, je dois avouer que l'art de flouter les "matériels et méthodes" et les résultats négatifs fait partie de la formation de base du scientifique. Il fut un temps où l'on apprenait d'un résultat négatif, mais c'était avant que les comptables s'immiscent dans nos affaires.
    Pour la vulgarisation scientifique, tous les rédacteurs en chef vous diront que seuls les niveaux de littératie 2 ou 3 se vendent (et 3, c'est un max). Encore un problème de fric.

    RépondreSupprimer
  4. C'est du puma que vous avez mangé avant de pondre votre billet, ce qui explique peut-être les coups de griffes qu'il distribue. Cette fantaisie culinaire, si elle devient une habitude, n'aidera sûrement pas la cause de cet animal en voie de disparition.

    Je ne suis pas pro OGM, mais les conclusions de l'étude de Séralini sont si exagérées que j'ai éclaté de rire en lisant l'article du Nouvel Observateur.

    En général, sur les sujets n'intéressant personne, les informations glanées dans les journaux sont justes. (Mais parfois mal traduites.) Et les titres, choisis par la rédaction, ne reflètent pas nécessairement le message des auteurs.

    Ceci dit, je vous laisse rédiger le titre qui convient pour mon commentaire.

    RépondreSupprimer