mercredi 28 août 2013

Haie, bocage, etc.




J'utilise ces termes et je sais bien que ça peut sembler abusif... le mot "haie" n'est que peu utilisé par ici alors que "bocage"... presque jamais. Pour moi ce dernier n'est qu'un terme de géographie ou d'écologie du paysage comme rivière, montagne ou plaine et il peut s'appliquer partout en milieu anthropique. Il n'y a pas de dénomination d'origine contrôlée... genre vin de Champagne, méthode champenoise...

Ainsi la haie est simplement une forme linéaire végétalisée. Elle peut être composée seulement d'herbacées ou structurée avec une stratification complexe (strates herbacée, arbustive, grands arbres). Le bocage est lui une organisation du territoire à une échelle plus grande. Il s'agit du réseau végétal interconnecté (ou interconnectable...) de boisés, bosquets, haies, friches, etc.

On peut donc dire "bocage urbain", en parlant peut-être plus du potentiel... C'est de ce côté que se porte mon regard.

Sur l'illustration ci-haut j'ai superposé (en vert foncé) les haies, boisés, vergers (aujourd'hui disparus) de 1949 et l'état des lieux en 2008 (en vert pâle). J'ai justement visité certaines de ces haies en 2011. Si riches en espèces et si denses! C'est un bocage agricole... au potentiel réalisé.



Ci-haut c'est justement une de ces haies, artistiquement représentée vintage... Afin de mieux faire ressortir sa forme j'ai effacé les haies qui étaient soit perpendiculaire ou à l'arrière-plan. Ça ressemble assez au Champ des Possibles...

Le bocage agricole de l'île Bizard est intéressant: il y a des boisés anciens, des plus jeunes, des friches, des ruisseaux, etc. Et encore de l'agriculture. Malgré cela les haies sont en croissance et en enrichissement. Ailleurs on les rase. Je ne sais pas pourquoi ni comment on les laisse croître et ce n'est pas le propos... Le propos est que les haies sont des formes paysagères écologiquement fonctionnelles, utilisables aussi en milieu urbain afin de connecter les boisés, parcs naturels, friches etc. 

La biodiversité urbaine se trouve dans une mosaïque mal connectée. Y remédier me semble possible... On peut se plaindre de la disparition des habitats ou en fabriquer...

De toutes façons, les haies se fabriquent et s'enrichissent, se complexifient et s'étendent toutes seules en ville. Pour peu qu'on les remarque ou les laisse évoluer un temps... Je n'invente rien en parlant de haie et de bocage urbain... je n'ai fait que trouver un nom fancy pour une réalité écologique déjà devant nous. J'ai des exemples de haies urbaines mais c'est pour cet essai que je compte bien publier fin octobre. Faire une application pour iPad est totalement gratuit ce sera peut-être par ce moyen que je le publierai? Une version PDF serait alors aussi disponible pour ceux qui n'ont pas de iPad. Peut-être qu'une version "livre" (imprimée sur des arbres morts...) sera-t-elle disponible, à travers l'impression sur demande?

On verra! Pour l'instant à part mon travail sur les arbres, j'avance le travail sur ce Bocage Urbain, le titre de cet essai si vous ne le saviez pas.




5 commentaires:

  1. Bonjour Roger
    Si j'osais, j'ajouterais que depuis que les haies ont été effacées pour augmenter la taille des parcelles cultivables (rendement oblige), on se rend compte de leur utilité contre les insectes ravageurs. Ce sont, en effet, de véritables jungles remplies de prédateurs qui ralentissent, voire anéantissent, le passage des insectes d'un champ à l'autre ou qui vont tout simplement limiter leur prolifération. Sans parler de l'effet coupe-vent, bénéfique pour l'érosion des sols. L'abolition des haies aurait donc un effet plutôt contre-productif, sauf du point de vue des vendeurs de pesticides bien sûr.

    RépondreSupprimer
  2. Oui les haies ont beaucoup de services à rendre. En milieu agricole comme tu le montre mais aussi en milieu urbain. Ici les services seraient "environnementaux" comme on dit: diminution de la chaleur, co2 et autre pollution, etc. En plus les oiseaux aiment bien les haies...

    RépondreSupprimer
  3. 'bocage': je ne connaissais pas ce terme.
    je crois que je vais l'adopter à tous points de vues.
    il désigne qqchose d'organique qui échappe à toute systématisation.

    merci.

    RépondreSupprimer
  4. enfin, ce n'est pas tout à fait vrai. je connaissais le terme, mais j'en avait une idée plutôt imprécise et décontextualisée. merci Roger.

    RépondreSupprimer