mardi 8 mars 2011

Condos pour abeilles solitaires



 Megachile rotundata, une espèce de Mégachile introduite (photos Wiki et Arkive)

Nous avons 70 espèces de la sous-famille des Mégachilines dont une vingtaine d'espèces d'abeilles appartiennent au genre Megachile.* Leur nom commun d'abeille découpeuse ("leaf-cutting bee") est très parlant: il permet d'identifier ces abeilles en leur absence, par les traces de leur travail. Ces abeilles sont en effet les responsables de ces curieux trous circulaires ou ovales mais net et précis que l'on observe sur certaines feuilles.



Nids et boulettes de pollen de Megachile rotundata  (photos Wiki)

L'observation de ce travail est tout simplement fascinant. Je me souviens d'avoir aperçu une abeille qui portait ce qui semblait une chenille bien verte entre ses pattes. En fait il s'agissait d'un morceau de feuille soigneusement roulée en un tube que l'abeille insérait ensuite dans un trou sur une planche de bois. La première photo ci-haut montre bien le comportement. En remontant des yeux son vol dans le jardin je fût étonné de voir de nombreuses feuilles d'un kiwi (Actinidia) découpées tant à la marge qu'au milieu. Il devait y avoir pas mal de ces abeilles habituellement discrètes, toujours occupées à amasser du pollen (et incidemment polliniser…) ou construire des nids. Ce n'est pas cette espèce que j'ai observé sur le kiwi toutefois elle était plus grande que Megachile rotundata et était donc une des espèces indigènes.



Megachile frigida, une espèce indigène. Photographie Jean Brodeur.

L'abeille découpeuse Megachile rotundata a été introduite en Amérique pour la culture de la luzerne et elle est présente à Montréal. Les feuilles de luzerne découpées sont en effet assez communes! Et il y a ailleurs en Amérique du Nord des abeilles mégachiles qui utilisent des pétales (comme les abeilles iraniennes et turques du billet précédent) mais je n'ai jamais observé le phénomène (bien que j'ai vu de nombreuses fleurs découpées!). En terminant je vous laisse avec cette magnifique photo de Jean Brodeur d'une mégachile indigène à l'abdomen couvert de pollen.



Photos Cephas

Rien de plus simple que de faire place à ces abeilles: de simples constructions serviront d'abris. Faites des trous ayant des calibres différents et ce seront des espèces différentes qui y installeront leurs nids. J'espère revenir plus en détail sur ces condos à abeilles sauvages. En attendant gardons à l'esprit qu'il y a aussi, en plus des abeilles qui nous sont directement utiles, des abeilles qui sont utiles d'abord à la biodiversité : Megachile latimanus, Megachile addenda et Anthidium manicatum, et tant d'autres abeilles, quelques centaines, attendent notre attention.

1 commentaire:

  1. L'étalement urbain s'appliquerait-il aussi aux abeilles ?
    http://qc-simples.blogspot.com/2009/04/nichoir-abeilles.html

    RépondreSupprimer