lundi 28 mars 2011

Pauvre Lolë


Faut savoir s'étendre, sans se répandre, pauvre Lola... (un peu de zizique)

La foule touche. Une par une les mains caressent et usent, abusent. Et la disparition s'installe. L'usure, l'érosion et le temps. Le temps passe et les saisons s'enfilent un manteau. L'hiver dur dure et le vent souffle Lolë! Quelle mauvaise lectrice du climat tu fais! Ton mur vert est maintenant mur brun, gris, mort! Dégonflées les grasses feuilles du beau sedum. Disparues les plantes, dans une bourrasque qui déverdirait même Ellesmere!


 
Faut savoir s'étendre, sans se répandre, c'est délicat…

L'érosion c'est invisible. L'usure, elle, fait mal aux yeux sur ce mur. Un temps, un temps seulement, il y a eu un mur vert. Le froid, le grand froid aura raison de toutes plantes choisies sans grande attention. Une des nombreuses personnes derrière ce petit mur vert s'était permise de me rabrouer. Confondant blogueur et journaliste… Je ne faisais pas mon travail comme il convient… Crédit n'était pas donné à la contribution de son entreprise… Bien justement...




Ce que ça va rendre, ça va dépendre, pauvre Lola...


"Notre système innovateur de mur végétal extérieur a su faire ses preuves dans le rigoureux climat Québécois. Avec un aspect uniforme et attirant, hiver comme été, vous serez charmé par le mur toits vertige!"

Brave et charmante affirmation de l'équipe Les Toits Vertige, Oasis urbains, qui semblent aussi faire dans les déserts… Peut-être apprendront-ils à mieux choisir les végétaux, loin des recettes de catalogues venant d'autre climat ou d'autres situations… un toit n'est pas un mur (et l'inverse...). Courez les livres et les champs, savantes personnes, et faites votre travail : quelles plantes peuvent survivre dans ces verticales conditions?

Quand vous aurez trouvé vous aurez droit à une autre chanson. En attendant, dites : on vous a payé pour ça?

Vous voulez un désert chez vous?   Les Toits Vertige

Lisez mon précédent message et les commentaires: Souffle le vërt vend

Accompagnement musical de Serge Gainsbourg et sa chanson Pauvre Lola


8 commentaires:

  1. Pas facile les murs végétalisés au Québec! Personne ne semble avoir trouvé la combinaison équipement-végétaux adéquate! Je pense qu'il faudrait s'inspirer davantage de la végétation qui fréquente nos falaises et escarpements rocheux en milieux maritimes plutôt que de tentez de reproduire un toit à la verticale...

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Isabelle! C'est EXACTEMENT cela! Du côté des plantes des prairies sèches aussi. Un changement esthétique est nécessaire. Mais c'est tant mieux, on en profiterait pour ajouter un "style" et faire neuf!
    Salutations.

    RépondreSupprimer
  3. Voilà un projet qui avait de bonnes intentions (et encore là...), mais qui a raté son principal objectif royalement!

    Vont-ils le refaire? Si oui, on se demande si cette fois ils consulteront les bonnes personnes!

    Ça me fait penser au mur végétal situé à la maison solaire, près de la Biosphère... L'été passé, j'y suis passée quelques fois devant et chaque fois je me disais que ça ne me donnait pas vraiment le goût d'adopter le concept chez moi: quelques plantes ont survécu, mais on voit surtout la toile noire qui n'est pas des plus esthétiques...

    Pour faire écho à ton article, je pense que je vais mettre les photos sur mon blogue...

    RépondreSupprimer
  4. @ Jasmine C'est du mauvais "copier-coller" de solutions bonne dans d'autres contextes. Isabelle nous met sur la bonne voie. Un peu de recherche ça fait jamais de tort! Vas-y pour les photos sur ton blogue plus on en parle plus on trouvera de solutions!

    RépondreSupprimer
  5. Roger, ça semble ëtre une habitude chez Verdigo et Toit Vertige de faire mourir les murs :

    http://twitpic.com/1z8qbz

    ..et je me pose la question si l'irrigation à la hose est un moyen efficace ??

    http://twitpic.com/1tuico

    Humour brun à part, je crois pas que ce soit leur domaine le vert-tical... comme vous dites si bien, le 'copier-coller' de technique et de sélections venant de l'Allemagne ne s'applique pas au Québec.

    Ceux dont je vous parlais au dernier billet c'est Envirozone, dans Rosemont y a entre autre 2 murs super beau depuis 3 ans qui reviens à tout les printemps, la technique est bonne, le système semble très performant, et surtout, c'est vert.

    j'ai trouvé ceci :

    http://www.flickr.com/photos/envirozone_mur_vegetal/sets/72157624292272016/with/4708221728/

    @ Jasmine , c'est pas eux par contre qui ont fait les murs avec le fond noir à la Maison Solaire, ils on été fournisseurs pour le Décathlon Solaire, mais la biosphère n'ont apparemment pas fait affaire avec eux pour cette partie, ( un architecte paysagiste est en cause ) ni la maintenance de la façade de la maison.. c'est ça les syndicats et Environnement Canada, ils se croient au dessus de tout.

    L'expérience est là en tout cas ainsi que les sélections végétales dans le cas d'Envirozone.

    RépondreSupprimer
  6. Envirozone a un mur vert extérieur avec des sédums justement. http://www.flickr.com/photos/envirozone_mur_vegetal/4738510307/in/set-72157624292272016/
    Je n'ai pas le détail sur ce système d'irrigation mais c'est pas à la hose... Chez Lolë quel était le système???

    Jasmine nous donne des photos de la maison solaire au Biodome http://www.jasminekabuyajardin.com/2011/03/murs-vegetalises-pas-facile.html


    Je suis curieux de connaître les végétaux choisis (Jasmine?) qui semblent nécessiter de l'entretien... mais ils sont peut-être approprié à cette condition.

    Qui est cet architecte Hugh?

    Envirozone semble avoir des techniques au point. Je tâcherai d'en savoir plus et de visiter!

    RépondreSupprimer
  7. Merci de nous mentionner et de ne pas nous associer au brun.
    ;)
    Malgré que l'on en à déjà réussi 2 bruns, soyons franc ! y a rien de mystérieux et de honteux d'avouer la perte d'une bataille.

    Ceux-ci datent tout 2 de 2007 et ont été fournis par nous mais les preneurs se sont bien détaché de vouloir nous ''permettre'' de faire l'entretiens, y a des gens comme ça partout, ils se croient capable ou au dessus de notre expertise... et malheureusement, on en voit trop souvent à notre goût.
    y a des désastres en Angleterre, en Allemagne, en France, aux USA, au Québec et beaucoup en Ontario, sans nommer personne ..et même le Grand Patrick Blanc à fait des erreurs monumentales et continue à en faire aujourd'hui..Chez Schlutter dans l'WestIsland, y a un mur intérieur qui à été fait et refait 4 fois en 8 mois par un tel.

    Faut savoir certaines choses.., un mur végétal en extérieur au Québec, c'est pas de la tarte. Oui, la sélection végétale est crutiale ( j'en ai fais de l'urticaire à force d'étudier les ouvrages de Marcel Blondeau - Roger Larivière - Claude Roy et leurs multiples Atlas des plantes du Nunavik, de la forêt boréale ..et de la gaspésie, d'où je suis natif, les plantes alpines, je les vois et connais depuis ma tendre enfance, je suis un observateur né. ) je passe bien des weekend à balader mon regard dans les parcs ( les grands jardins- les Laurentides et les hauteurs québecoises )ça tiens son homme en forme et ça appuie biens des lectures.

    Toutes ces connaissance appliquées sont hardues et longues à obtenir, j'en ai fait des rencontres, Edmund Snodgrass à Baltimore, Isabelle et Jean d'Indigo ( envers qui j'ai une grande admiration, c'est d'ailleurs leurs cellules qui ont été utilisées dans les murs extérieurs qui ont un taux de réussite à 100% - merci @ Isabelle :)))
    - lire son dernier newsletter sur le taux de réussite de projets avec les cellules, c'est fort interessant

    revenons au sujet, c'est pas de la tarte, non, c'est aussi complexe de concevoir un système qui fait ses preuves, limiter les dégats causés par la sècheresse hivernale, l'érosion des vents, le froid qui transit le substrat dans toute son épaisseur..c'est du défi, faut y voir et comprendre les mécanismes naturels et la réactivité des plantes dans des conditions qui ne sont pas les leurs, voire la verticale.
    Je donnerai pas mes secrets ici, mais je peux vous assurer que 10 ans c'est pas assez..
    Un de nos système, Éco-Vertical, est conçu pour notre climat et fait ses preuves un pas à la fois, pour l'extérieur, on à conçu 4 systèmes, et pour l'intérieur, 3 autres..on arrête pas, c'est notre force que de s'adapter.

    Les plantes d'anfractuosité rocheuses et de falaises sont des témoins de la survie en milieux arides, on les préconisent,
    l'irrigation se doit fondamentalement d'être appropriée et immitatrice des systèmes naturels..la hose est une vrai joke, ça pas de sens ! Quelle photo évocatrice ...

    voyez cet exemple :
    http://www.flickr.com/photos/envirozone_mur_vegetal/4708221728/in/set-72157624292272016/
    ce mur (Éco-Vertical) à 3 ans et est souriant depuis le premier jour, les cellules @Isabelle y sont introduites faut-il mentionner..

    bla bla bla..devrais me 'starter' un blogue sur le sujet...j'y pense, c'est sensible et l'éducation est à faire, on est un petit groupe à comprendre ces facteurs, devrons-nous nous associer et éduquer ? je lance l'idée..@Isabelle @Jasmine @Roger..@d'autres..

    et non, je suis pas ici pour critiquer le travail des autres, c'est pas mon jardin.
    à bientôt Roger.

    Éric

    RépondreSupprimer
  8. @ Éric Tant d'information... j'ai hésité un moment de publier ça sous forme d'un simple commentaire! C'est tout un billet pour un blog...
    Patrick Blanc était un spécialiste des épiphytes tropicales. Toute une technique et une esthétique en découlait. L'image était frappante et un malentendu difficile à défaire était né... Comment, partout et dans toutes sortes de conditions, arriver à faire des murs verts? Premièrement en faisant pas mal de mur brun! J'essaierai de trouver le temps d'écrire quelque chose de plus substantiel une autre fois. En attendant il est sain et instructif d'en parler. J'espère que les gens de Vertigo accepteront les critiques dans ce contexte!

    RépondreSupprimer