samedi 12 mars 2011

Cloner Vincent

Vincent Van Gogh. Branche fleurie d'amandier, 1890. Photo de la toile… prise sur la toile...


Vincent était donc un plasticheur et un prépolycopiste. Un dimanche-plagiste de la réplication. Grâce au WWW il est maintenant découvert. Merci Maître Google, gardien de la mémoire, vigile virtuose du vrai. En tant que l'auteur de cette toile il est retro-responsable de toutes les copies qui ont suivi. C'est assez lourd comme conséquence à rebours.


J'ai publié la photo suivante (ci-bas) pour illustrer le billet "Place à la nature". Lorsque j'avais photographié cette peinture je ne pouvais empêcher un sentiment de familiarité… puis j'avais oublié la chose. Et maintenant, cherchant tout à fait autre chose mais rien de précis, je viens de tomber sur une des nombreuses reproductions de cette toile sur le web. Bien sûr c'était une copie de la toile de Vincent Van Gogh...


 Merci Vincent...
Dire que j'avais pris la peine d'indiquer le nom de l'artiste (l'auteur?) de cette peinture murale en reconnaissance de ses droits… Faites l'essai d'une recherche Google image, cliquez ici et constatez ce qui est arrivé avec l'idée d'oeuvre d'art originale… Dans ces résultats de recherche il y a évidemment des copies authentiques (des toiles)… faites d'après "des photographies des oeuvres originales, issues directement des musées ou d'agences de photographes." J'imagine que l'on doit télécharger un scan d'une photocopie d'un certificat l'attestant. Tout connaisseur d'art n'y manquera pas.

Doit-on alors identifier, donner crédit, l'auteur de la toile copiée d'après une photographie de l'oeuvre originale?

Je me demande par ailleurs ce qu'il arrivera des images de mon billet d'aujourd'hui quand quelqu'un fera à son tour une recherche d'image chez Google. Une mise en abime pour un avenir rapproché.

Cobaea scandens, cobée grimpante. Famille des Polémoniacées et spécimen de mes autres travaux...

Un autre billet portant sur une autre peinture sur Flora Urbana? Qu'arrive-t-il à votre inspecteur des mauvaises herbes? Il s'ennuie de l'art? Oui un peu… je n'ai pas le temps de travailler ces autres dossiers… comme la cobée ci-haut.

Bien entendu il serait répréhensible de cloner MON végétal. On ne pourra plus arrêter le processus.

Mais nous savons maintenant que c'est déjà la faute à Vincent.


2 commentaires:

  1. Quand je pense que j'ai créé mon propre blogue pour faire comme tout le monde : jusqu'où ira le plagiat ?

    Quand Félix Leclerc a écrit Moi mes souliers, a-t-il plagié Vincent qui a fait de propres ses chaussures le sujet de plusieurs tableaux ? (Il devait manquer de modèle.)

    N'oublions pas qu'autrefois, la copie des toiles de maîtres était un exercice recommandé.

    J'ai un post terminé que je ne mets pas en ligne car J'attends toujours que l'auteur d'une photo m'autorise à l'utiliser. J'ai l'impression que je vais continuer à attendre longtemps.

    PS - J'ai beaucoup apprécié ton hors-sujet Odilon Redon. Très jolie lande. Mais je cherche encore le pourquoi et la motivation du geste.

    RépondreSupprimer
  2. Redon: Tableau trouvé au hasard d'un épisode de surfing... et fantaisie autorisée par le descriptif de Flora Urbana: "...verdissement, aménagement, paysage, etc." Je n'avais pas vu de Redon depuis longtemps. Ça m'a fait plaisir.

    RépondreSupprimer