samedi 31 août 2013

Le coeur de la haie


Je pars en excursion. 



Cette curieuse expérience d'avoir planté des conifères dans des bacs en béton fait le caractère particulier de la rue Duluth. Et on y ajoute chaque été de la décoration: que ferions-nous sans les éternelles impatientes... Je passe par ici à tous les jours et c'est maintenant que les patates douces (Ipomoea batatas, Sweet potato) atteignent tout juste leur débordement, et révèlent leur luxuriante tropicalité.  À la toute fin de la saison... à temps pour les ranger, quoi! Une alternative (je le répète): mettez-y des Vignes du rivage! (Vitis riparia, River Bank Grape). C'est une espèce vivace, résistant à tout et produisant des petits raisins... Côté luxuriance, elle n'a rien à envier à la patate, aussi douce soit cette dernière... La Vigne des rivages est indigène, vivace, non-gélive et utile aux oiseaux. On ferait des économies en plus...  

Avançons...


 
Note: Faut pas que j'oublie d'aller inspecter cette ruelle "verte", volontairement verdie avec effort citoyen et dépense. Qu'en reste-il? La flore spontanée semble avoir remplacé les herbacées qu'on y avait planté. Sans soins assidus c'est inutile.



Coin avenue du Parc. On le plante en masse: le Chêne à gros fruits (Quercus macrocarpa, Bur oak). Espèce magnifique, naturellement présente dans la région, adaptable à tous les sols et supportant l'environnement urbain. Étonnant de voir ces jeunes sujets (plantés il y a un an ou deux sur l'avenue des Pins) qui produisent déjà des glands. Ils sont les plus gros (cela a peut-être inspiré le nom de l'arbre?) et sont très reconnaissables à la frange qui borde la cupule portant le gland.



Explorant les coins et recoins urbains, j'aperçois au loin la belle cime ci-haut (hum... cime ci-haut... est-ce assez euphonique?). Quel est ce grand arbre?

 

Surprise! C'est un très beau Chicot févier (Gymnocladus dioicus, Kentucky coffeetree) au long fût, un peu inhabituel. L'arbre porte des branches basses normalement. Celui-ci non et il fait au-delà de vingt mètres, ce qui est pas mal du tout pour l'espèce. 

Je vous le montre de deux points de vue, également élégant sous toutes les coutures. Quel gracieux feuillage. Les feuilles de l'arbre sont énormes: elles font jusqu'à 60 x 90 cm. Je crois bien en avoir prise une qui faisait un peu plus...



La voici cette feuille géante. Il n'y a qu'un seul point d'attache du pétiole sur la branche: ceci est bien une seule feuille. On dit: feuille doublement composée ou composée-bipennée. À partir du pétiole central, des rachis portent des folioles sur des pétiolules. C'est évident! La feuille ci-haut fait 90 cm justement. Pas facile à photographier! Feuille au plancher, moi perché dans l'escabeau...



Toutes ces déambulations, pourquoi donc? 

Je venais revisiter le réservoir McTavish sous l'actuel Parc Rutherford. La façade rocheuse ci-haut résulte de la coupe du piémont pour creuser le réservoir vers 1850. Vers 1950 on recouvre le réservoir et ça nous a donné ce parc. On y fait actuellement des travaux et on a "régularisé" la "falaise". Bien des arbres y sont passés… Ceux qui restent ont les racines exposées... Disons qu'on en a pas pris grands soins. Il y avait ici entre autres des sorbiers (Sorbus americana, Sorbier d'Amérique) perchés sur le roc. Very romantic. Disparus! Dommage, ces derniers étaient trop bien à leur place. Le nom anglais de cet arbre est Mountain ash, cela lui rend très bien justice. 

Coincés entre le sommet de la falaise et l'avenue des Pins derrière, ces arbres forment un boisé linéaire. C'est une haie urbaine selon ma propre définition. En milieu anthropique sa diversité est d'origine complexe, avec quelques aspects intéressants. Tout d'abord
le lien avec la montagne est évident. Certaines de ses espèces fruitières ont probablement migré ici. 

Mais il y a aussi d'autres fruits...



Malgré le ciel couvert et les nuages menaçant derrière la montagne, il faisait très chaud, je n'étais sorti que pour une heure, une heure et demi croyais-je, je n'avais pas apporté d'eau. Je suis sur la route depuis plus de deux heures maintenant. Alors la soif. La soif et un petit creux. 

Justement, les haies ont habituellement des pommiers,  peut-être est-ce même un élément nécessaire, constitutif... Je suis déjà venu, je savais qu'il y en avait ici. Des pommes? J'en ai trouvé, juteuses et délicieuses en plus! Tout va mieux.

En campagne, comme en ville, le long du chemin (ou du trottoir...), le promeneur croque sa pomme puis sème ainsi le coeur de la haie... 

Merci au promeneur qui m'a précédé!

 



13 commentaires:

  1. "Note: Faut pas que j'oublie d'aller inspecter cette ruelle "verte", volontairement verdie avec effort citoyen et dépense. Qu'en reste-il? La flore spontanée semble avoir remplacé les herbacées qu'on y avait planté. Sans soins assidus c'est inutile."

    au contraire, il me semble que ces "trous" dans le béton des ruelles enrichissent les bocages!...

    RépondreSupprimer
  2. Oui mais on y avait néanmoins inutilement planté des herbacées... C'est de cela que je parle. La ruelle avait déjà sa flore typique, on l'a enlevé et remplacé par des trucs comme du Carex plantain. Travail inutile s'il n'est pas suivi d'un entretien! Pour commencer donc, perso je n'aurais pas planté... il y a aussi des arbustes indigènes qui ont été planté. Ils se portent probablement mieux...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. bin oui. mais au moins, ces trous demeurent (il ne disparaissent pas avec les Carex plantains). Il faut voir le bon côté des choses. La nature ne s'achète pas dans des caissaites de styromousse, on est bien d'accord!
      Et puis, les citoyens qui ont choisi de planter ces carex ont bien vu qu'ils se sont plantés. au moins, ils auront appris, sinon quand même bien constaté quelque chose... (j'appelle cela une occasion pédagogique!).
      Par ailleurs, nous pourrions à notre tour planter des petits piquets dans chacun de ces trous rectangulaires affichant une étiquette sur laquelle il serait inscrit: "attrape-plantes, version améliorée"...

      Supprimer
    2. Un peu de pédagogie, on a rien contre. Mais les trous il y en avait déjà... disons qu'un peu plus grands ils absorbent au moins un peu plus d'eau de pluie...

      Supprimer
    3. c'est toujours ça de bon!

      Supprimer
  3. Encore une fois très intéressant. J'aurais pris le chicot févier pour un févier d'amérique... J'ai regardé les dessins des feuilles des 2 espèces... Ça se ressemble pas mal... Un autre sujet de blog?

    RépondreSupprimer
  4. Merci! Comme ils sont de la même famille et partagent beaucoup de caractères. La dimension des feuilles par contre... J'ai déjà parlé du Févier d'Amérique:

    http://floraurbana.blogspot.ca/2011/05/montreal-tropical.html

    et à la fin de ce billet:
    http://floraurbana.blogspot.ca/2011/05/ulmus-rubra.html

    RépondreSupprimer
  5. Bravo pour ces textes bien écrits, pour la connaissance botanique rendue simple et vivante. Les photos sont belles, évidemment, mais il me faut aussi souligner la qualité des textes.

    RépondreSupprimer
  6. Juste un petit commentaire pour vous dire que c'est toujours un plaisir de vous lire. Merci!

    RépondreSupprimer
  7. Les petits mots font le plus grand bien! Merci, c'est très apprécié.

    RépondreSupprimer
  8. Eh bien, moi aussi je pars en excursion. C'est un des plus beaux blog posts que j'ai jamais lus!

    RépondreSupprimer
  9. Merci mimi... Je constate que je n'ai jamais eu autant de bons commentaires sur un texte... faut croire que la pomme qui l'a inspiré est inspirante pour tous!

    RépondreSupprimer