lundi 31 mai 2010

In copula diversitas (!)


Larinus planus (in copula) ces bestioles semblent toujours in copula. Cela explique peut-être leur grand nombre: c’est la famille (les Curculionides) la plus nombreuse des Coléoptères.

Un cas intéressant de novécologie: un insecte introduit (exotique) se nourrissant d’une plante introduite! Ces deux espèces se connaissaient déjà en Europe et le charançon a été justement introduit pour contrôler la mauvaise herbe. Les charançons sont herbivores (phytophages) et celui-ci a est un contrôle biologique du chardon des champs (Cirsium arvense, Canada thistle, p.113), elle-même une plante d’origine européenne. Larinus planus mange un peu du feuillage mais son action la plus importante est la ponte des oeufs dans les bourgeons des capitules (les “fleurs”). Les larves se développeront en se nourrissant des graines en développement. D’où leur contrôle de la population de ce chardon.

Les charançons sont extraordinairement nombreux et diversifiés. La coévolution de la famille à laquelle ils appartiennent (les Curculionides) et des Angiospermes (les plantes à fleur) expliquent le grand nombre des coléoptères à grand rostre (le “nez”). En Turquie sur les seuls amandiers (Amygdalus communis) ce sont 43 espèces différentes qui affectent cette production agricole.




Au suivant!

À l’apparition de ces insectes au Jurassique, il y a 150-160 million d’années, les charançons se nourrissaient de conifères. Puis au Crétacée (45-145 million d’années) l’explosion du nombre d’espèces de plantes à fleur (les angiospermes) entraîna la diversification des insectes évoluant désormais en parallèle avec ces plantes.

Sans vous entraîner dans les dédales de la complexe classification des Coléoptères, selon que l’on considère la superfamille des Curculionoidea (62,000 espèces) ou seulement la famille des Curculionidae (48,000 espèces), nos charançons sont le plus grand groupe d’insectes (et d’animaux). On les trouve partout, sur toutes les plantes. Et on n’en connaît qu’une petite partie, on estime leur nombre total à 220,000 espèces ce qui s’approche du nombre estimé de plantes à fleur: 250,000.

Chaque espèce de plante est un futon à charançon!


Trouvez ici une page sur la superfamille des Curculionoidea australiens 
Pour l’Europe et le Paléoartique il y a même le Curculio Institute




4 commentaires:

  1. L'ordre des coléoptères est celui qui, parmi les animaux, rassemble le plus grand nombre d'espèces (plus de 300 000). Le généticien anglais J. B. S. Haldane, à qui un théologien avait demandé ce que ses recherches lui avaient révélé de la pensée de Dieu, avait répondu : «Une prédilection immodéré pour les coléoptères.»

    Ceci dit, j'aime bien cette série de gros plans sur le printemps que tu nous proposes depuis quelques semaines.

    RépondreSupprimer
  2. !... elle est trop bonne! Je suis bien content que tout cela te plaise Henri, c'est le but de l'exercice! Je dois avouer que je m'amuse aussi et souhaiterais avoir... un peu plus de temps...ya tellemnent de bibittes!

    RépondreSupprimer
  3. Tes belles photos me donnent le goût de dessiner une de ces petites bêtes !

    Très éducatif , merci pour la qualité !!!

    RépondreSupprimer
  4. Au premier coup d'œil, j'ai cru que la photo du centre du tryptique qui ouvre ton billet représentait un scorpion. Pourtant, le titre aurait du me mettre la... puce à l'oreille.

    Comme quoi, faut se méfier de la première impression. Mais charançons et scorpions, c'est la même chose ; avec un peu de recul, tout ça, ce sont des arthropodes. Comme les araignées, ainsi que les crevettes que l'on déguste dans nos buffets. (Bien choisir son moment pour rappeler ce dernier fait aux gens.)

    Bien sûr, dans mon commentaire de cet l'après-midi, il fallait lire «immodérée», comme dans : «Hâte immodérée de publier son commentaire.» Méfions-nous aussi de notre premier geste !...

    RépondreSupprimer