mercredi 1 mai 2013

Res communes






En latin Res communes veut dire: choses communes. C'est une expression du droit romain qui indique qu'une chose appartient à tous et qu'elle ne peut être appropriée par personne. Tous peuvent en jouir.


Le Moineau domestique (Passer domesticus, House Sparrow) considère sans aucun doute l'Érable à Giguère (Acer negundo, Manitoba maple) comme une Res communis. Et quelle riche ressource!





Ces deux espèces sont certainement parmi les plus fréquentes, les plus communes, à Montréal. Les oiseaux se nourrissent fréquemment d'insectes sur les feuilles de l'érable. Mais je n'avais jamais remarqué que lors de sa brève floraison les moineaux en consommaient les fleurs mâles. Il n'y a pas encore beaucoup d'insectes et peu de graines disponibles alors les adaptables piafs vont à la pêche aux étamines. Valeur nutritive inconnue...



Demain les moineaux pêcheront autre chose.


Je me demande si c'est pas Loplop? Ici, ici et ici.


2 commentaires:

  1. L'histoire de Loplop ne dit pas comment finalement s'est passée la transition cage liberté... j'aimerais bien en savoir plus.
    Personnellement j'ai eu l'expérience de prendre en charge un oisillon d'étourneau et c'était du sport parce qu'il demandait à manger tout le temps, avec un petit cri strident impossible à ignorer! Pour le nourrir il a fallu que j'utilise un mélange spécial pour oiseaux insectivores auquel j'ajoutais de l'eau que je lui donnais au bout d'un petit bout de branche.

    RépondreSupprimer
  2. @Julie La transition? Ben... un bon matin j'ai mis la cage sur le balcon arrière (la ruelle est pleine d'Érable à Giguère, bon refuge, etc) et ouvert la porte. Je suis rentré et quelques secondes plus tard j'ai entendu un pit et aperçu du coin de l'oeil Loplop qui... transitionnait! Tout d'un coup parti. Je lui ai souhaité bonne chance. Il est resté quelques jours autour, puis... je ne reconnaissais plus son cri. Il a probablement appris à mieux parler moineau et se fondait dans la troupe. La croissance extraordinaire des oisillons en font des sujets toujours en famine! Je ne sais pas si je le ferai encore.

    RépondreSupprimer