samedi 10 novembre 2012

Archéologie superficielle




Le Gingko biloba tout à gauche en 1959 (BANQ) et aujourd'hui (RL).



J'ai rapidement fait quelques clichés (rendus ici en N&B) pour faire des avant-après. Ce n'est pas très réussi mais mon blog est, vous le savez, un terrain d'essai et un espace d'exercice. 


Cela s'inscrit dans une recherche sur l'histoire des arbres présents au Parc LaFontaine. De quelles espèces sont-ils? Quels âge ont-il? Qui les a planté? Un travail d'archéologie de peu de profondeur… La plupart des arbres ont environ une centaine d'année. Certains un peu plus.




Près du pont en 1963 (BANQ) et aujourd'hui (RL).


Comme je l'ai indiqué il y a quelques jours le parc réserve des surprises. Certaines espèces d'arbres qu'on y trouve sont peu communes… et peu documentées. Un de ces jours il faudra que je me renseigne auprès des responsables de l'aménagement des parcs afin d'en savoir un peu plus.


Pour l'instant c'est par l'observation directe et une recherche dans les archives visuelles disponibles (si peu...) en ligne. Néanmoins on peut faire un bout de travail! J'ai de nombreuses vieilles photos et quelques plans d'époque et une lente reconstruction de l'aménagement du parc est en cours.


Les deux photos de gauche dans les photo-assemblages ci-haut viennent de Bibliothèque et Archives Nationales du Québec.

 


Un Frêne commun (Fraxinus excelsior). Montage rapido Roger Latour.



Je vous ai parlé des curieux ormes que j'ai trouvé au parc*. Je corrige tout de suite mon affirmation qu'un orme rouge (Ulmus rubra) s'y trouvait. L'observation des bourgeons confirme qu'il s'agissait bien lui aussi d'un orme exotique dont l'identification est reportée à plus tard... Donc on s'amuse ces temps-ci avec des arbres méconnus… Parce qu'il y en a d'autres! Celui que je vous présente ci-haut par exemple. C'est donc bien un Frêne commun (Fraxinus excelsior) que l'on trouve au Parc LaFontaine. Notez qu'il n'a de commun que le nom… à Montréal du moins!



Planche spécialement faite pour aider votre regard.


Noirs les bourgeons du Frêne commun, bien plus noirs que notre Frêne noir (Fraxinus nigra). Ce dernier me paraît bien pâle tout à coup! Le nouveau frêne est un vestige du temps où c'était l'École Normale Jacques-Cartier ici... Témoin d'une autre époque et d'une autre pratique dans les plantations d'arbres.





2 commentaires:

  1. Morale de l'histoire (deux premières photos) : les arbres conservent leur silhouette malgré les années qui passent...

    RépondreSupprimer
  2. Oui ils demeurent individuellement reconnaissables... souvent! Il arrive qu'ils aient presqu'une personnalité.

    RépondreSupprimer