vendredi 10 juillet 2009

Les arbres sont-ils des mauvaises herbes protégées?





la bande à boisés


Oui et c’est une bonne idée!

Il y a des bosquets, des boisés un peu partout dans les quartiers, souvent dans des endroits inattendus, arrière-cours, ruelles et marges de stationnements. Ce sont les mal-aimés des arbres, ces trois bandits qui sont responsables: érable à Giguère, peuplier deltoïde et orme de Sibérie. Quel trio infernal!


Ils font, tout seul ou en équipe, des espaces verts... On peut évidemment calculer la valeur de leurs services pour les humains ou pour la biodiversité urbaine. Ou constater qu’on a été pris de court... Combien des arbres de Montréal sont spontanés, non-plantés?


Ce sont maintenant des mauvaises herbes protégées. C’est étrange, non? La politique de l’arbre de la Ville de Montréal interdit leur coupe. Les petites mauvaises herbes, aussi rares soient-elles, n’ont pas cette protection. La réglementation prévoit donc une taille à partir de laquelle un végétal est à protéger. Comme un préjugé en faveur des ligneux en quelques sorte. Ou une reconnaissance du fait qu’un végétal qui a atteint une taille “suffisante”, avant qu’on s’en rende compte, aura la vie sauve.


La Politique de l’arbre (PDF), voyez-vous. Et celle-ci varie un peu d'arrondissement en arrondissement. On ne semble pas s’entendre sur la définition du mot “arbre”. Outre le fait que certains arrondissements interdisent telles ou telles espèces, pour l’instant il est interdit d’abattre un arbre si:

  • À Lachine, il a un tronc d’un diamètre égal ou supérieur à 10 centimètres mesuré à 1,3 mètre du sol, situé dans la cour avant d’un terrain construit et pour tout terrain vacant.
  • À Saint-Laurent situé sur un terrain privé et ayant un tronc de 50 mm de diamètre ou plus mesuré à une hauteur de 1,40 m
  • À L'Île-Bizard–Sainte-Geneviève s’il a un diamètre, à un mètre du sol, égal ou supérieur à dix centimètres.

C’est presque pareil... mais chacun semble avoir ses préférences et tient à son mot à dire.


Notre inattention est récompensée par ces micro-paysages, pourquoi ne pas étendre ce principe aux terrains vagues? Ce sont des noeuds d’aménagements futurs, des foyers proto-paysagers et il serait intéressant d’en explorer le potentiel de réserve de biodiversité urbaine.


Les arbres et les plantes ont aussi une Politique de la ville.





4 commentaires:

  1. Une petite forêt spontanée,
    que demander de mieux ...

    avec tout ce que tu voudras comme disaient les anciens !

    RépondreSupprimer
  2. Hi, I am the host of the #38th Festival of Trees (http://festivalofthetrees.wordpress.com/) -- would it be possible for you to include an english version of this post on your blog for inclusion in the August Festival? Google does not do a good enough job!

    RépondreSupprimer
  3. Bravo ! Super blogue bien vivant. Où plantes, botanique et bonne écriture font bon ménage !

    Normand Charest

    normandcharest.wordpress.com

    RépondreSupprimer
  4. @Normand Charest: Merci, c'est très apprécié. J'ai quand même corrigé quelques fautes et mis un lien... Bon jardinage!

    RépondreSupprimer