mardi 11 août 2009

Le Fox Trot: un biocorridor urbain

 
Euréka!

Le Fox Trot c’est le nom que je donne à un projet que j’élabore patiemment. Je suis un grand amateur des voies ferrées et de la flore particulière qu’on y trouve. Les plantes utilisent ces chemins pour aller voir ailleurs si le soleil est bon. Le chemin de fer est donc un vecteur d’introduction des plantes et est de plus lui-même un habitat convenant à de nombreuses espèces que l’on ne trouve que rarement ou jamais ailleurs.



 
la “station” de la verveine prostrée, elle semble disparue... mais les graines?


Lors de ma rencontre d’un renard dans un terrain vague près de la station de métro Frontenac, j’ai cliqué. Ce beau terrain vague à l’écart et peu fréquenté donne sur la voie du CP. Et, tout le long des voies ferrées, avec la désindustrialisation, un chapelet de terrains vagues a été créé. C’est un évident Euréka! Pardonnez mon simple plaisir: le renard, comme les plantes, utilise les voies ferrées pour se déplacer en milieu urbain...

Je me demande combien d’espèces utilisent à notre insu ces voies qui mettent en réseau tous ces terrains sauvages? Les espèces végétales, je connais assez bien...j’y ai vu quelques petits mammifères, bien des oiseaux et des insectes...


Les voies ferrées sont donc des biocorridors!


 
une section de voie ferrée avec écran végétal de chaque côté


Voici donc un premier jet de mon projet:

Pour la conversion des voies ferrées en biocorridor il s’agit assez simplement de laisser se végétaliser les côtés des voies ferrées. D’assez nombreux arbres s’y installent déjà spontanément, certains sont tolérés (ils semblent faire le bon écran au bon endroit), d’autres sont coupés sans raison apparente...

Notre rôle serait d’assister et améliorer le processus spontané de végétalisation. Quelques plantations judicieuses d’arbres fruitiers (amélanchier) ou autres espèces seraient avantageuses. Il faut savoir qu’en certaines sections la végétation s’est installée en strates assez efficaces, arbres, arbustes, plantes grimpantes et strates herbacées... un bon design...



 
une belle occasion perdue... coupe d’arbres par le CP


Les compagnies ferroviaires auraient, semble-t-il, un avantage à conserver cette végétation qui ne gêne pas la sécurité et rend des services importants. Les locomotives diésel-électrique sont une source de pollution qui n’est pas à négliger. Autant les suies produites par la combustion d’hydrocarbures que le CO2 (dioxyde de carbone) et le NOx (oxyde d’azote) pourraient en bonne partie être filtrés ou absorbés par ces écrans verts continus.

Luttes contre les gaz à effet de serre, réduction du smog, régulation de la température...

La biodiversité urbaine gagnerait une connexion entre beaucoup de parcelles discontinues de toutes sortes d’habitats. Nous gagnerions en régulation de la qualité de l’air, les compagnies de chemin de fer auront une bonne image découlant d’une action positive de rémédiation de l’environnement et de favorisation de la biodiversité.

Merci le renard!

6 commentaires:

  1. Je suis heureux d'être un témoin de ce Euréka !!! simplement génial !!!

    RépondreEffacer
  2. Ben moi aussi! :)

    La règle est simple:il faut prendre des notes quand le renard parle!

    merci mon cher!

    RépondreEffacer
  3. L'homme qui voit le renard est-il plus rusé que lui.

    RépondreEffacer
  4. Merci encore Roger ! Pis vive le Renard ! Même le frak ! :)

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Courrez les renards, courrez! Vous montrez le chemin...

      Effacer