lundi 3 août 2009

Île à la Tortue au Parc Lafontaine


 la patience de la tortue


Les deux bassins ont été entièrement refait il y a une dizaine d’année. Le fond a été gratté, on a mis une toile géotextile (visible...) et le tout fût recouvert de pierres. Je crois qu’il s’agissait entre autre de resteindre la croissance des algues et plantes aquatiques. Un “assainissement” qui me faisait craindre pour les écrevisses et surtout la tortue du bassin sud. Eh oui! Elle y est présente depuis au moins une vingtaine d’année.

Après quelques instants passés à documenter le bassin nord naturalisé j’ai pensé d’aller voir la tortue du bassin sud. Je l’ai vu souvent sans jamais pouvoir la photographier. Je savais qu’elle avait survécu aux grands remaniements des bassins, l’ayant aperçu l’année suivante. À chaque fois que je mentionnais sa présence on se méfiait d’une éventuelle plaisanterie de ma part. Samedi matin elle m’attendait la tortue, en plein bain de soleil!

Elle fait environ 25 cm et est donc probablement une femelle qui sont bien plus grandes que les mâles. Trachemys scripta sous-espèce elegans, la tortue à oreille rouge, est cette tortue autrefois très populaire dans les animaleries. Et quand on se rendait compte qu’elle grandissait (!!!) on la jetait dans la toilette ou la relâchait dans la “nature”. Ou au parc Lafontaine!



 varier le paysage


Quel curieux rappel de l'animalerie qu'il y avait au parc autrefois, j'entendais l'éléphant et le "MéiiO" des paons jusqu'ici!

Originaire du bassin du Mississippi et de la Floride, la tortue se trouve maintenant “libre” partout dans le monde. Le marché des animaleries l’ayant distribué sur toute la planète et les humains partout l’ayant “libéré” quand elle devenait moins “cute”...

Tiré d’un site web sur l’herpétofaune du Québec: “La tortue à oreilles rouges survie à nos hivers, du moins pour quelques années, mais ne semble pas se reproduire au Québec.” Celle du parc Lafontaine bat des records! Quant à savoir si elle se reproduit ici...quelle sont les probabilités qu’il y ait aussi un mâle au parc Lafontaine?!

L’île de Montréal est géomorphologiquement variée, faisant partie d’un archipel il y a de l’eau partout, vive ou lente, plaine, prairie, forêt, milieux humides divers, rocs et ruisseaux, deux sommets ou trois... terrains vagues...la variété de paysages et de topographies assurent une grande biodiversité.

À une autre échelle, une assez simple intervention, une quasi non-intervention, me semble envisageable, nécessaire toutefois pour la biodiversité: laisser aller un peu nos parcs... Assurons par quelques modifications un appel à la nature que celle-ci peut entendre: tous les parcs recevront des buttes, des rochers, des trous d’eau.

Faites l’habitat...vous trouverez les habitants. Ils le cherchent!



2 commentaires:

  1. Bonjour !

    Hi ! hi !, moi aussi à chaque année je la cherche cependant l'année dernière j'en avais vue une rendue pas dans l'eau du lac, mais dans l'eau-delà, donc une autre y est encore !!!!!

    G.B

    RépondreEffacer
  2. Oublié de dire qu'il y a aussi présence de poissons rouges dans le lac côté sud !

    G.B

    RépondreEffacer