mardi 16 juin 2009

Cartographier l’épipactis: un rappel




botanique urbaine pour tous: simple comme 1, 2, 3...



Sur l’illustration ci-haut vous avez trois plants d’épipactis petit-héllébore (Epipactis helleborine, broadleaf-helleborine, p.234). Les deux à gauche (1et 2) ont été notés à la station de métro Lionel-Groulx dimanche dernier.

Ils ont l’aspect habituel à cette date. Celui à droite (3) est un plant en fleur vers le 20 juillet. Je vous montre cela afin que vous puissiez imprégner vos yeux de l’allure de la plante. Il s’agit d’une technique hypnotique visant votre adhésion au projet...

Voyez la carte que j’ouvre maintenant avec ses deux spécimens (1 et 2) afin de vous inviter à nouveau à participer à la cartographie de l’épipactis:


cliquez ici: carte de répartition de l'orchidée urbaine

Pour voir à nouveau les fleurs voyez ce message précédent:
http://floraurbana.blogspot.com/2009/06/cartographier-lepipactis.html





1 commentaire:

  1. Bonsoir !

    Je regarde la carte/mappe de Google cependant je perçois le Mont-Royal par contre ce n'est pas clair pour moi à savoir où se situe ( entre quelles rues), ce " jardin imprévu " !

    Dernièrement j'ai découvert un site canadien où l'on a répertorié, une fois en l'an 2000 et l'autre fois en 2005 avec des ajouts, la faune et flore sauvage au Canada y compris le Québec, on y mentionnait " l'épipactis " dans la version de 2000.

    La semaine dernière dans l'édition du journal Le Monde du jeudi et subséquemment à l'intérieur il s'y trouve le supplément inséré , appelé " Le Monde des livres " dans ce dernier j'ai lu un article au sujet d' un jardinier français assez " singulier " dans ses interventions, nommé Pascal Cribier. Je ne sais si vous connaissez. Son livre s'intitule " Itinéraire d'un jardinier ".

    Bonne soirée

    Ginette Bergeron

    RépondreSupprimer