mardi 2 juin 2009

Ce matin au Champ des Possibles




La sécurité de tous est maintenant assurée.


Les citoyens du quartier Mile-End ne sont plus bienvenus dans ce terrain vague. Leur présence pernicieuse et menaçante n’est plus tolérée. Si tout le monde se met à planter des fleurs un peu partout, où cela nous mènera-t-il?


Nous préférons nos terrains vagues vagues. Et rasés de près!


Le chemin de fer Canadien Pacifique est toujours propriétaire des lieux. La ville est apparemment sur le point de l’acheter. Un projet de développement d’habitation et un enième garage pour les véhicules de l’arrondissement.


Les sauvages résidents du quartier veulent un espace vert et...sauvage! Tout un ensemble d’hurluberlus, probablement des artistes et des poètes, s’occupent de l’endroit depuis quelques années maintenant. Quel ravage produit le désoeuvrement!


Le propriétaire, par son sous-contracteur, s’occupe de l’endroit avec un zèle à la mesure de la menace. Sur la photo on constate l’excellent travail d’éradication d’une plantation non-autorisée d’hémérocalles. Nos dossiers sont incomplets mais nous croyons que l’embellisseur amateur était un certain Vincent qui a ravagé les lieux il y a quelques années.


Imaginez un peu: il avait même planté des myosotis!!!




1 commentaire:

  1. En ville ,qu'on aime le contrôle ! Bien sûr que ça prend des règles pour vivre ensemble , mais des fois je ne comprends pas. Le civilisé semble porter une grande frustration de la perte de son contact avec son environnement.

    Comme disent les africains ' la maladie du blanc ' en parlant du stress qu'on nous inculque tout jeune ! Il faut bouger et faire et faire et toujours faire !

    Tout à l'heure en marchant sur le Mt-Royal cette idéé m'est revenue : rétablir des sentiers de portage pour ceux et celles qui voudraient revenir aux canots comme moyen de transport. Rien de plus écologique et lent !!!

    Merci pour ces infos concernant le jardin Roehrich.

    RépondreSupprimer