jeudi 25 juin 2009

La voix muette du peuplier




un embrun sur nos trottoirs


 coton et béton




C’est encore cette terrible et effrayante période du début de l’été où l’air est pollué par ces arbres hautains et irrespectueux: le peuplier deltoide et ses comparses.

Contrairement à ce que nous laissent entendre les publicités télé ces graines cotonneuses ne provoquent aucune allergie. Ces pubs désinformantes montrent aussi les graines en parachute des pissenlits dont on doit écraser les plantes... quelle idiotie! Passons...

Les peupliers nous rappellent que l’air n’est qu’un océan moins dense que les autres. Et que nous ne sommes qu’un des poissons qui y nagent... Les perceptions du troupeau de moutons sont comme celles d’un banc de sardines: confortablement installés à l’étroit dans nos conserves, baignant dans l’huile, nous nous imaginons que la mer nous appartient. Et que nous seul avons le droit de polluer l’air!

Il faut dire que notre pollution est bien souvent invisible...on ne voit pas l’air chargé de gaz carbonique émis par nos véhicules. Si seulement cette pollution était visible! Il y a des villes qui interdisent de planter des peupliers. Montréal-Nord n’aiment pas ce comportement délinquant, ce graffiti neigeux qui dérange les pelouses coupées à 15 cm. max. Les arbres à croissance rapide, comme les peupliers et ses cousins, sont pourtant les pompes les plus efficaces de ce CO2.

Les peupliers-colosses aiment lancer des bouteilles à la mer, dans cette mer dans laquelle nous baignons tous, en cherchant un peu de sol où s’installer. Un arbre émet jusqu’à 25 million de ces petites graines enveloppées dans le coton. Une émission bien particulière mais très utile et exigeant un peu de notre tolérance.

Si on rendait visible une autre émission? L’automobiliste moyen émet 5,000 kilos de dioxyde de carbone par année. C’est ce dans quoi nous baignons à l’année longue... Mais les peupliers sont les baleines bleues du milieu urbain. Des baleines vertes verticales. Et ces baleines pompent cette massive pollution invisible qui ne semble pas nous ennuyer.

L’anémochorie, la dissémination des graines par le vent, est le signe tangible qu’une équipe de dépollution est au travail. Il n’y a pas que les camions rouges (et polluants...) des arrondissements qui opèrent... il y a aussi ces indomptables géants verts que sont les peupliers qui compensent, au fur et à mesure... et on répond par une interdiction!

Ces grands arbres sont des phares ponctuant magistralement notre milieu urbain de leur présence généreuse en ombre, fraîcheur, air pur... sans oublier le son frissonnant du feuillage dans le vent... On peut se moquer des humains amis des arbres, mais comment sérieusement se moquer de ces arbres de cent pieds amis des humains, passant derrière nous pour nettoyer discrètement nos invisibles dégâts?






7 commentaires:

  1. Des baleines vertes verticales !

    C'est si bien écrit avec un si riche contenu .

    Merci pour la qualité de ton blog !

    RépondreSupprimer
  2. Il faut en avoir un dans sa cour pour voir jusqu'à quel point cet arbre est nuisible

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en ai deux et c'est vrai: ils font un bruit insupportable.

      Supprimer
  3. Cet arbre devrait être planté et non interdit, il y n'y a aucune excuse pour ne pas en planter dans les parcs, il faudrait tjrs remplacé ceux qui disparaissent Je déteste l'humain moderne qui veux du luxe et n'aime pas les vrais arbres

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le peupliers bourgeonnent de plaisir à vous entendre!

      Supprimer
  4. Quel beau texte ! Merci ! Moi j'en plante sauvagement ! Hihihihi !

    RépondreSupprimer